•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment la pandémie influencera-t-elle l’architecture?

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

Comment la pandémie influencera-t-elle l’architecture?

Un bureau à aire ouverte avec trois grandes tables où travaillent plusieurs personnes

Selon le président de l'Ordre des architectes du Québec, il faudra penser à dédensifier les bureaux à aire ouverte.

Photo : Getty Images / SolStock

Les grandes épidémies ont souvent laissé leur marque sur les courants architecturaux qui les ont suivies. Est-ce que ce sera le cas avec la pandémie de COVID-19? Probablement, selon le président de l'Ordre des architectes du Québec, Pierre Corriveau. Il explique quelles leçons peuvent être tirées de cette crise et du confinement.

La pandémie nous a fait prendre conscience de l’importance de la qualité de nos aménagements, estime Pierre Corriveau.

Il ajoute qu’elle a aussi mis en lumière les disparités qui existent en matière de logement au Québec. Pierre Corriveau pense qu’il faudra, dans l’avenir, concentrer les efforts sur l’amélioration de la qualité des logements sociaux, dont plusieurs se sont révélés inadéquats pendant la pandémie.

L’importance d’une pièce non assignée

Selon Pierre Corriveau, tout logement devrait, dans l’idéal, comporter une pièce qui n’a pas de fonction précise. Un logement de qualité, c’est un logement qui est capable de répondre à toutes sortes de situations, croit-il. Vous avez besoin d’avoir un espace où vous êtes capable d’inventer des activités nouvelles qui ne sont pas des activités quotidiennes normales.

L’architecte précise que cette nécessité ne se révèle pas seulement en temps de pandémie, lorsque tout le monde est confiné chez soi. Cette pièce supplémentaire permet à un ménage de conserver son logement malgré les changements qu’apporte la vie, par exemple l’arrivée d’un enfant, un changement de carrière qui nécessite de faire du télétravail ou l’adoption d’un nouveau passe-temps qui demande un espace pour le pratiquer.

Les aires ouvertes sont-elles réellement un problème?

Depuis le début de la pandémie, plusieurs remettent en question la pertinence des bureaux à aire ouverte, qui sont de plus en plus populaires. Certains craignent que ce type d’aménagement augmente les risques de transmission, mais ce n’est pas l’avis de Pierre Corriveau : Je ne crois pas que l’aire ouverte soit réellement le problème. C’est la densité dans cette aire ouverte qui peut poser problème.

Il souligne que les aires ouvertes ont aussi des avantages. Elles facilitent, notamment, la communication et le travail en équipe.

Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, affirme l’architecte. On peut, simplement, dédensifier les aires ouvertes.

Il suggère aussi aux employeurs de revoir les plans de circulation de leurs bureaux ainsi que la ventilation, qui sont des éléments névralgiques en matière de transmission des virus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi