•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quels facteurs influencent le choix d’un prénom?

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Quels facteurs influencent le choix d’un prénom?

Un homme berce un bébé dans ses bras.

La liste officielle des prénoms de Retraite Québec est visitée en moyenne un demi-million de fois par année.

Photo : Shutterstock

Le dernier palmarès des prénoms les plus populaires au Québec révèle que les prénoms courts – Liam, Léo, Emma, Léa – ont la cote ces temps-ci. Selon le sociologue Étienne Guertin-Tardif, le choix d'un prénom ne dépend pas seulement des goûts personnels des parents; il est aussi grandement influencé par les tendances de l'heure.

Les recherches sociologiques montrent que nos goûts sont intimement liés les uns aux autres, affirme Étienne Guertin-Tardif.

Mais au-delà de la mode et des préférences, d’autres facteurs viennent influencer ce choix, comme le milieu socio-économique. Étienne Guertin-Tardif note, par exemple, qu’à une certaine époque, les prénoms Kevin, Steven et Dave étaient surtout associés aux milieux populaires et qu’ils étaient rares dans les milieux plus scolarisés.

L’actualité peut, elle aussi, laisser sa marque. Il n’y a qu’à penser au prénom Nadia, qui a connu une soudaine popularité dans les années 1970, après le passage de Nadia Comăneci aux Jeux olympiques de Montréal.

Des prénoms de moins en moins fréquents

Avec la mondialisation et la hausse de l’immigration, le bassin de prénoms connus n'a cessé de s’agrandir, ce qui fait que les prénoms les plus populaires le sont en fait de moins en moins.

Étienne Guertin-Tardif donne l’exemple du prénom Annie. Sans être le plus populaire en 1980, il avait tout de même été donné à 1102 bébés cette année-là. En 2019, le prénom féminin le plus populaire, Olivia, était porté par seulement 549 nouveau-nées.

Le sociologue remarque aussi une tendance récente à choisir des prénoms uniques ou rares, un peu comme si le prénom servait de plus en plus à donner une personnalité propre, unique, à notre enfant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi