•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mettre la forêt dans son assiette

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Mettre la forêt dans son assiette

Couverture d'un livre montrant toutes sortes de produits alimentaires de la forêt.

Dans leur livre, Ariane Paré-Le Gal et Gérald Le-Gal font découvrir les trésors alimentaires de la forêt.

Photo : Éditions Cardinal

Alors que la crise du coronavirus a donné un nouvel élan à la tendance à l'autosuffisance, plusieurs personnes ont décidé de se lancer dans l'aventure d'un potager. Mais il n'y a pas que le jardin qui peut nous nourrir : la forêt aussi. Depuis que l'être humain existe, la forêt a été une source de nourriture. Cette notion est quelque peu tombée dans l'oubli, mais Ariane Paré-Le Gal et son père tentent de la faire revivre avec leur livre La forêt : identifier, cueillir, cuisiner.

Cet engouement pour l’autosuffisance, Ariane Paré-Le Gal le remarque depuis un certain temps : Les gens ont envie de se réapproprier leur environnement et de savoir ce qu’il y a dans leur assiette.

Elle a la chance d’avoir un père qui possède de grandes connaissances sur la forêt. Elle le décrit comme un coureur des bois des temps modernes. Gérald Le Gal est le fondateur de l’entreprise Gourmet Sauvage, qui fait de la cueillette et de la transformation de produits alimentaires sauvages. Ariane Paré-Le Gal en est la vice-présidente.

Par le livre La forêt : identifier, cueillir, cuisiner, Ariane Paré-Le Gal voulait assurer la transmission des connaissances de son père sur la forêt. Ce patrimoine, ça nous appartient à tous, et je crois que les gens qui ont des connaissances ont le devoir de les partager, dit-elle.

Elle déplore que la population du Québec connaisse peu les richesses de la forêt, même à la campagne. Je pense que, collectivement, on a perdu ces connaissances-là, affirme Ariane Paré-Le Gal.

Le livre qu’elle a coécrit avec son père se veut aussi un instrument de sensibilisation pour apprendre aux gens à mieux apprécier la nature et à en exploiter les ressources de façon responsable.

La forêt dans son assiette

Ariane Paré-Le Gal précise que les amateurs de cueillette sauvage ont l’embarras du choix ces temps-ci : pousses d’épinette, boutons de marguerite, feuilles de violette, petite oseille, quenouille, etc.

Elle ajoute que la nature apporte aussi des délices à ceux qui vivent en ville. Marguerites, pissenlits, choux gras, petites violettes sont tous des produits comestibles qui sont faciles à trouver en milieu urbain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi