•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

Comment relancer l’économie sans perpétuer les inégalités hommes-femmes?

Une femme place les tabourets de son bar sur le comptoir.

Sylvie Morel souligne que les secteurs qui ont été les plus touchés par les mesures de confinement sont ceux qui emploient le plus de femmes, comme la restauration.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson (CBC)

Pour toutes sortes de raisons, les femmes sont plus touchées que les hommes par la crise du coronavirus, selon l'économiste Sylvie Morel. Elle estime donc qu'il est primordial que la relance économique accorde la priorité aux secteurs où les femmes sont les plus présentes.

La spécialiste de l’économie féministe rappelle que les domaines qui ont été les plus touchés par les mesures de confinement sont ceux qui emploient le plus de femmes : la restauration, l’hôtellerie, les soins esthétiques et le commerce de détail.

La crise n’a pas été neutre; elle s’est soldée par un impact plus négatif pour les femmes.

Sylvie Morel, économiste

Et le déconfinement s’est d’abord fait des les secteurs majoritairement masculins, comme la construction. Les données de Statistique Canada pour le mois de mai nous révèlent que les hommes ont récupéré une plus grande proportion des emplois perdus que les femmes, souligne Sylvie Morel.

Or, c’est le contraire qui aurait dû se produire, selon l’économiste. Toute stratégie de relance, comme toute politique publique, a un impact différencié selon les sexes, dit-elle. Il faut en prendre conscience avant de se lancer dans ce type d’opération, et on est loin de ça en ce moment.

Sylvie Morel ajoute que les femmes, en plus d’être nombreuses au front pour lutter contre le coronavirus, ont aussi une surcharge de travail sur le plan domestique, car ce sont généralement elles qui effectuent le suivi de l’école à la maison.

La spécialiste de l’économie féministe croit que le gouvernement devrait accorder une plus grande place aux femmes dans sa cellule de gestion de crise et dans son comité de relance économique, qui comportent une majorité d’hommes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi