•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

COVID-19 : une collecte de fonds pour une travailleuse de la santé devenue veuve

Un couple et trois enfants

Amoti Furaha Lusi avec son mari et trois de leurs enfants

Photo : Radio-Canada

Comme plusieurs de ses collègues préposées aux bénéficiaires, Amoti Furaha Lusi a contracté la COVID-19, et ce qu'elle craignait le plus est arrivé : elle a transmis la maladie à ses cinq enfants ainsi qu'à son mari, qui en est mort. Son syndicat tente de lui venir en aide en organisant une campagne de sociofinancement, comme l'explique Jonathan Deschamps, président de la section locale 2881 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Jonathan Deschamps croit que la tragédie que vit Amoti Furaha Lusi aurait pu être évitée. Au départ, il n’y avait pas d’équipement pour tout le monde, rappelle-t-il. Les directives changeaient chaque jour. Durant les premières semaines de la pandémie, les travailleurs de la santé ne portaient pas d’équipement, sauf s’ils entraient directement en contact avec une personne qui avait la COVID-19.

Les travailleurs du réseau de la santé se sont sentis abandonnés par le gouvernement.

Jonathan Deschamps, président de la section locale 2881 du Syndicat canadien de la fonction publique

Cet abandon se poursuit, selon lui, puisqu’il ne semble exister aucun mécanisme pour que le gouvernement indemnise les travailleurs de la santé qui ont perdu des proches en raison du coronavirus. Jonathan Deschamps précise que le SCFP tente de trouver une disposition dans la loi qui permettrait à Amoti Furaha Lusi de recevoir une indemnité.

En attendant, elle peut compter sur la campagne de sociofinancement lancée par son syndicat, qui connaît un grand succès. Au moment de publier ces lignes, la moitié de l’objectif de 40 000 $ avait été atteinte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi