•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y aura-t-il une deuxième vague de COVID-19? Tout dépend de vous, selon des experts

Le 15-18

Avec Isabelle Richer

En semaine de 15 h à 18 h

Y aura-t-il une deuxième vague de COVID-19? Tout dépend de vous, selon des experts

Gros plan sur une main qui entoure au marqueur un groupe de personnes dessinées.

Benoît Mâsse croit que l’éloignement physique des gens est ce qui pourrait sauver le Québec d’une deuxième vague de coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Plamondon

L'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a dévoilé ses nouvelles projections sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 dans la province. Encore une fois, elle a présenté un scénario optimiste et un autre pessimiste. Selon l'INSPQ, la réalisation de l'un ou l'autre de ces scénarios dépend essentiellement du respect de l'éloignement physique par la population. C'est aussi ce que pense le professeur de médecine sociale et préventive Benoît Mâsse.

La balle est dans notre camp. Benoît Mâsse croit que l’éloignement physique des gens est ce qui pourrait sauver le Québec d’une deuxième vague de coronavirus. Il fait remarquer que les mesures de confinement portent déjà des fruits : Les hospitalisations commencent à diminuer, les décès aussi, et ça, c’est encourageant.

C’est ce qui fait dire à Benoît Mâsse que le Québec se trouve, en ce moment, dans le meilleur des deux scénarios qui avaient été présentés par l’INSPQ plus tôt ce mois-ci.

Le professeur insiste sur l’importance de respecter les directives de la santé publique. L’été, les gens veulent prendre leurs vacances, rappelle-t-il. Ça serait le pire moment pour reconfiner.

Ce n’est toutefois pas l’été et les rassemblements autour du barbecue qui inquiètent le plus Benoît Mâsse, mais bien le retour du temps froid, à l’automne, qui fera en sorte que les gens resteront plus souvent à l’intérieur, là où les risques de transmission du virus sont beaucoup plus élevés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi