•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

Les magasins Tristan et America, « à bout de souffle »

Un écriteau sur une porte indiquant que le commerce est fermé.

L’effet de la COVID-19 sur le commerce au détail au Canada est catastrophique.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le fondateur et ancien président des magasins Tristan et America, Gilles Fortin, se montre très critique à l'endroit des propriétaires de centres commerciaux, des banques et de la Ville de Montréal, qui ne font rien pour aider le commerce de détail, à son avis.

Les boutiques ayant une porte d’entrée donnant sur l’extérieur pourront reprendre leurs activités le 25 mai, dans le Grand Montréal, mais la partie est loin d’être gagnée pour les propriétaires de ces commerces. Gilles Fortin affirme que, partout où le commerce de détail a repris ses activités, que ce soit en Alberta, en Europe, au Moyen-Orient ou en Asie, seulement le tiers des clients sont au rendez-vous.

Or, le loyer de ces commerçants continue de devoir être payé; un loyer qui peut aller de 25 000 $ à 100 000 $ par mois, selon Gilles Fortin. Il estime qu’entre 10 et 15 des 42 magasins Tristan et America au Canada risquent de fermer pour de bon.

Ça va dépendre du bon vouloir des propriétaires des centres commerciaux, affirme l’homme d’affaires. Jusqu’ici, on n’a pas eu une épaule sur laquelle pleurer auprès d'eux.

Il reproche aux propriétaires de centres commerciaux leur absence et leur mutisme en ces temps de crise : Ils sont muets, on n’a aucune nouvelle d'eux. Ils ne nous appellent pas pour prendre des arrangements.

On est à bout de souffle.

Gilles Fortin, fondateur et ancien président des magasins Tristan et America

Gilles Fortin croit qu’entre 40 % et 70 % de tous les commerces de détail du Québec vont finir par disparaître, dans ces conditions.

Mais il n’y a pas que les centres commerciaux qu’il montre du doigt. Les banques ont peur de leur ombre ces temps-ci et vous laissent tomber en 24 heures, déplore-t-il.

Il se montre aussi très critique à l’endroit des taxes commerciales imposées par la Ville de Montréal : Un moment donné, il va falloir régler cette histoire de taxer le commerce de rue à Montréal pour tuer tout le monde. On a tué Saint-Laurent, on a tué Saint-Denis; Mont-Royal en arrache et Sainte-Catherine, c’est la prochaine.

Il y a la banque qui ne veut pas vous soutenir, il y a le propriétaire qui ne veut pas vous donner un break de loyer et il y a les taxes qui vous étouffent.

Gilles Fortin, fondateur et ancien président des magasins Tristan et America

Gilles Fortin est convaincu que de nombreux commerçants entameront des poursuites au cours des prochains mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi