•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture des garderies : le ministre répond à vos questions

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Réouverture des garderies : le ministre répond à vos questions

Trois enfants non-identifiés d'âge préscolaire jouent ensemble avec des camions-jouets dans un service de garde.

Les garderies rouvriront leurs portes le 19 mai sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal, et le 11 mai dans le reste de la province.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Si la situation de la pandémie de COVID-19 se maintient au Québec, les garderies rouvriront leurs portes le 19 mai sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal, et le 11 mai dans le reste de la province. Vous avez été nombreux à nous envoyer des questions pour le ministre de la Famille du Québec, Mathieu Lacombe. Voici ses réponses.

1. Peut-on réellement appliquer l’éloignement physique dans les garderies?

C’est sûr que c’est tout un défi, affirme Mathieu Lacombe. C’est difficile, pour ne pas dire impossible. C’est pourquoi les éducatrices, de même que les enfants, ne seront pas tenues de garder une distance de deux mètres avec les autres.

Mais on compense par autre chose, précise le ministre. La désinfection des jouets et des locaux se fera de façon plus soutenue, les éducatrices auront accès à du matériel de protection, et les jeux favorisant les contacts physiques seront évités.

2. Qu’adviendra-t-il des services de garde d’urgence?

Ceux-ci seront fermés lorsque les garderies reprendront du service. Progressivement, tous ceux qui vont recommencer à travailler vont avoir accès aux services de garde [normal], affirme Mathieu Lacombe.

Les garderies, qui devront garder un taux d’occupation en dessous de 30 %, prioriseront les enfants des travailleuses et travailleurs essentiels. Au fur et à mesure que de nouveaux domaines s’ajouteront à la liste, de plus en plus d’enfants fréquenteront les services de garde.

Pour ce qui est des enfants qui n’ont pas de place dans le réseau et qui ne peuvent plus compter sur leurs grands-parents pour les garder, le ministre Lacombe affirme qu’ils pourront être accueillis dans les services de garde. Je ne veux pas qu’on impose aux parents le stress de devoir trouver une place en temps de pandémie, dit-il. La consigne a été donnée aux garderies de faire preuve de flexibilité.

3. Les aires de jeux des écoles seront-elles ouvertes?

Mathieu Lacombe a précisé que c’est la santé publique qui prendra une décision à ce sujet.

4. Les camps de jour ouvriront-ils cet été?

Dans ce cas-ci, également, c’est la santé publique qui aura le dernier mot.

5. Si des parents décident de garder leur enfant à la maison, devront-ils continuer à payer pour conserver sa place à la garderie?

Le ministre de la Famille a été très clair : jusqu’à la fin de l’été, les parents n’auront pas besoin de payer si leur enfant ne fréquente pas la garderie, et celui-ci pourra garder sa place.

On a donné la directive de s’assurer que le parent n’aura aucune pression, précise-t-il.

Quant aux garderies non subventionnées, le ministère de la Famille est en discussions avec leurs propriétaires pour qu'elles respectent les mêmes consignes. Québec est prêt à les aider financièrement pour y parvenir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi