•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi certaines personnes vivent-elles mieux la solitude que d'autres?

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

Pourquoi certaines personnes vivent-elles mieux la solitude que d'autres?

Un homme âgé en train de boire dans une tasse en regardant par la fenêtre.

Certaines personnes sont moins affectées par la solitude que d'autres.

Photo : iStock

Les mesures de confinement imposées par la pandémie de COVID-19 ont placé de nombreuses personnes dans une solitude forcée. Oui, Internet permet de garder le contact avec ses proches, mais la présence physique de ceux que l'on aime est irremplaçable, selon le psychologue Nicolas Lévesque. Il explique pourquoi certaines personnes vivent mieux la solitude que d'autres.

Le lien par le toucher, on se rend compte que c’est vital, affirme Nicolas Lévesque. On semble pourtant l’oublier, selon lui : On est une société de l’œil. C’est le sens qu’on survalorise dans la société, et l'on néglige le toucher; c’est vu comme un sens plus bas. Alors que, dans la hiérarchie, on devrait le mettre presque au même niveau.

L’éloignement physique rend donc les mesures de confinement particulièrement difficiles pour le moral. Pour des grands-parents, ne pas pouvoir faire un câlin à leurs petits-enfants, c’est atroce, estime Nicolas Lévesque. Et ce n’est pas vrai que FaceTime remplace ça.

Pourquoi certaines personnes vivent-elles mieux la solitude que d’autres? Cela dépend, en grande partie, de l’affection tactile qu’elles ont reçue dans leur enfance. Un enfant qui reçoit beaucoup de câlins de ses parents aura probablement plus de facilité à vivre seul à l’âge adulte qu’un enfant qui a été peu touché par ses parents. Ça devient, quand on est adulte, une sorte de réserve d’affection qui nous permet d’avoir une solitude plus heureuse, explique Nicolas Lévesque.

Nous ne sommes pas égaux devant la solitude.

Nicolas Lévesque, psychologue

Et cette présence physique ne prend pas que la forme de câlins ou de baisers : un enfant qui joue seul, par exemple, en sachant que ses parents sont présents dans la maison, ressentira les mêmes bienfaits. Ce n’est pas tant un truc visuel, c’est plutôt une impression d’être entouré et en sécurité, souligne le psychologue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi