•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

C’est quand elle nous est enlevée que l’école nous manque

Une salle de classe vide

Une classe vide.

Photo : Getty Images/iStock/DONGSEON KIM

Le philosophe Normand Baillargeon rappelle l'importance de l'éducation dans notre vie et dans notre société. En cette période de confinement et de fermeture des établissements d'enseignement, il insiste sur la nécessité de continuer à nourrir l'esprit des jeunes.

L’école, c’est une institution très forte dans une société, affirme Normand Baillargeon.

Il souligne que, même si on l’oublie souvent, en plus de sa mission éducative, l’école est aussi un important lieu de socialisation où l’on prépare les jeunes à devenir des citoyens.

On réalise à quel point ça nous manque en ce moment, dit-il.

Normand Baillargeon affirme qu’il est important de maintenir la curiosité et le désir d’apprendre des jeunes, et que cela peut se faire dans un contexte tout à fait décontracté : C’est le temps de lire des romans et d’aller à l’extérieur du curriculum. C’est le temps de nourrir la curiosité.

Le philosophe ajoute que les universités, les cégeps et les écoles secondaires devront trouver des façons de faciliter la transition des jeunes qui changeront de niveau en septembre prochain. On devrait accorder une attention toute particulière aux élèves et aux étudiants qui s’apprêtent à changer de niveau, estime-t-il. Il faut déjà commencer à penser à l’après-confinement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi