•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enfants vulnérables : Régine Laurent appelle à la vigilance collective

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Enfants vulnérables : Régine Laurent appelle à la vigilance collective

Le repli sur soi-même d'un enfant maltraité

Selon Régine Laurent, la crise du coronavirus peut exacerber la vulnérabilité de certaines familles.

Photo : iStock

Comme les écoles et les garderies sont fermées, plusieurs enfants vulnérables n'ont plus le moment de répit quotidien auquel ils avaient droit. Ils ne bénéficient plus non plus des yeux et des oreilles du personnel éducatif, qui pouvait alerter la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) en cas de besoin. C'est pourquoi la présidente de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, Régine Laurent, demande à toute la population de faire preuve de vigilance.

Régine Laurent s’inquiète pour les enfants démunis : Ces familles déjà fragiles; si on y ajoute des problèmes financiers, comme pour une bonne partie de la population, ça vient augmenter l’anxiété de façon importante, souligne-t-elle.

Elle demande à tous les citoyens d’être à l’affût de toute situation de maltraitance et d’en avertir la DPJ au besoin. Ce n’est surtout pas le temps de dire : "Ce n’est pas de mes affaires", dit-elle.

Essayons collectivement d’être les yeux et les oreilles pour ces tout-petits en temps de crise.

Régine Laurent, présidente de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse

Régine Laurent précise que les différents centres de la DPJ fonctionnent à pleine capacité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi