•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Libertés individuelles et santé collective : un équilibre fragile

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Libertés individuelles et santé collective : un équilibre fragile

Le premier ministre Justin Trudeau devant sa résidence Rideau Cottage

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, exclut, pour l'instant, le recours à la Loi sur les mesures d'urgence.

Photo : Radio-Canada

Fait rare dans les régimes démocratiques, de nombreux pays ont commencé à restreindre les libertés individuelles de leurs citoyens afin de faire face à la pandémie de COVID-19. Pour le professeur de droit Pierre Trudel, la protection du bien-être collectif peut justifier la restriction des droits de chacun, mais la limite à ne pas franchir est mince.

En période d'urgence, on admet plus facilement de restreindre ces droits fondamentaux au nom d’impératifs collectifs, de protection du plus grand nombre, souligne Pierre Trudel.

Il précise toutefois que, pour les régimes démocratiques, il est impératif d'avoir recours à la persuasion, plutôt qu'à la force, pour restreindre ces libertés : Dans les sociétés démocratiques, les autorités ont généralement l’obligation de convaincre, et c'est par la persuasion que les autorités réussissent à obtenir que les citoyens restreignent eux-mêmes leurs droits. C’est uniquement dans les situations extrêmes qu’ils pourraient, éventuellement, être appelés à utiliser la contrainte ou la force.

Pierre Trudel rappelle que les tribunaux ont le pouvoir de juger du caractère raisonnable d'une décision qui limiterait les libertés individuelles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi