•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Télétravail : les attentes des gestionnaires ne doivent pas être trop élevées

Une femme a son bébé dans les bras tandis qu'elle travaille sur un ordinateur.

Plusieurs employés qui travaillent de la maison doivent aussi s'occuper de leurs enfants.

Photo : iStock

En raison de la crise du coronavirus, un très grand nombre de travailleurs ont été invités à travailler de la maison. Pour bien des entreprises, il s'agit d'une première. Si les employés qui font du télétravail gagnent généralement en productivité, il ne faut pas trop leur en demander pour autant, estime Diane-Gabrielle Tremblay, professeure à l'École des sciences de l'administration de l'Université TÉLUQ.

La perte de productivité est généralement la principale inquiétude des gestionnaires qui s’opposent au télétravail. Or, les recherches sont très claires là-dessus : les employés sont généralement plus productifs, précise Diane-Gabrielle Tremblay. D’abord, ils veulent maintenir ce qu’ils perçoivent comme un avantage. D’autre part, il y a moins de pauses café. Il y a vraisemblablement moins de perte de temps.

Ce n’est toutefois pas une raison pour exiger un plus grand rendement aux employés, selon Diane-Gabrielle Tremblay : Il ne faut pas toujours s’attendre à une augmentation de la productivité. Parfois, ça donne une meilleure qualité du travail.

Elle rappelle aussi que les circonstances actuelles sont exceptionnelles. Le stress occasionné par la crise peut affecter le rendement des employés, d’autant plus que plusieurs d’entre eux doivent garder leurs enfants à la maison. Normalement, en télétravail, on ne fait pas du gardiennage en même temps, donc c’est une difficulté supplémentaire, affirme la professeure.

Elle recommande aux employeurs de donner des objectifs clairs et précis aux travailleurs qui sont à la maison et de s’en tenir aux tâches qui sont essentielles, compte tenu des circonstances.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi