•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici l’athlète culinaire qui représentera le Canada au Bocuse d'Or

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Voici l’athlète culinaire qui représentera le Canada au Bocuse d'Or

Le chef Samuel Sirois trempe un ingrédient dans du chocolat fondu.

Le chef Samuel Sirois

Photo : Radio-Canada / Jonathan Bouchard

Le chef et professeur à l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec Samuel Sirois représentera le Canada lors des demi-finales du Bocuse d'Or, les « Jeux olympiques » de la gastronomie. S'il parvient à se qualifier, il se mesurera aux candidats de 23 autres pays lors de la grande finale du concours.

Samuel Sirois trouve qu’il est tout à fait justifié de comparer le Bocuse d’Or à une compétition sportive. [Participer à ce concours], c’est vouloir aller toujours plus loin, se dépasser physiquement, se dépasser mentalement et chercher toujours l’excellence, dit-il.

S’il existe plusieurs compétitions culinaires dans le monde, celle du Bocuse d’Or est la plus difficile, selon Samuel Sirois. C’est le sommet de la pyramide, affirme-t-il.

Au cours de cette compétition, les candidats sont appelés à préparer différents mets comprenant une viande accompagnée de plusieurs garnitures. Comme ils ne savent pas à l’avance ce qu’ils devront cuisiner, ils doivent se préparer à tout. On s’entraîne un peu à l’aveuglette, explique Samuel Sirois. On essaie de trouver des garnitures qui sont le plus passe-partout possible, qui peuvent s’ajuster aux différentes protéines qu’ils peuvent nous proposer.

Il faut s’assurer que tout est sorti en 5 h 35, que c'est chaud, bon, assaisonné et beau.

Samuel Sirois, représentant du Canada au Bocuse d'Or

Samuel Sirois préfère qu’on le présente comme le candidat qui représentera son équipe plutôt que comme un chef. C’est réellement un travail d’équipe, précise-t-il. Seul, je ne suis rien.

Lors de la compétition, Samuel Sirois sera accompagné de son commis. Mais en dehors de l’arène, il travaille aussi avec un entraîneur. Le coach est un peu comme un chef d’orchestre, indique-t-il. Il dirige tous les mouvements, il s’assure que tout est bien réglé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi