•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peut-on s’absenter du travail en cas de tempête?

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Peut-on s’absenter du travail en cas de tempête?

Une rue de Montréal enneigée.

Une importante tempête hivernale déferle sur l'est du pays vendredi.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Vous êtes resté à la maison avec vos enfants vendredi? Vous aurez probablement droit à votre rémunération quand même. L'avocate en droit du travail Marianne Plamondon rappelle que, depuis 2018, la Loi sur les normes du travail prévoit des congés personnels pour ce genre de situation.

Une tempête, ça met beaucoup de stress sur les employés : trouver une gardienne, réussir à se rendre au travail, le déplacement prend beaucoup plus de temps, souligne Marianne Plamondon.

Heureusement, la loi québécoise prévoit deux journées de congé rémunérées pour, par exemple, s’occuper de ses enfants quand les écoles sont fermées ou se reposer lorsqu’on est malade. À cela s’ajoutent huit autres congés non rémunérés.

L’avocate mentionne que plusieurs conventions collectives prévoient elles aussi des congés personnels pour maladie ou obligations familiales.

Un employeur serait un peu mal venu de dire que c’est une absence fautive, mentionne-t-elle.

Dans le cas où l’employeur ne peut absolument pas se passer de ses employés, Marianne Plamondon estime qu’il devra faire preuve d’indulgence. C’est sûr qu’un employeur qui sévirait parce que son employé est en retard en raison des transports plus lents, ce serait un peu abusif, souligne-t-elle. L’employé, de son côté, aura l’obligation de se présenter au travail si son employeur le lui demande.

L’avocate rappelle toutefois que l’obligation première d’un employeur est toujours d’assurer la santé et la sécurité de ses employés au travail. Elle précise que la loi a été souvent interprétée pour inclure là-dedans le transport pour se rendre au travail.

Marianne Plamondon donne l’exemple de la crise du verglas de 1998. Dans ce contexte, un employeur qui aurait obligé un employé à se présenter au travail aurait pu mettre sa vie en danger, selon l’endroit où il habite.

L’avantage du télétravail

Marianne Plamondon croit que le télétravail est une solution efficace pour ne pas perdre de la productivité lors des tempêtes de neige.

Les employeurs qui ont un système de télétravail sont avantagés dans des circonstances comme ça, parce qu’au lieu qu’il n’y ait aucun travail qui s’effectue, les employés restent à la maison et font une aussi bonne journée que s’ils s’étaient présentés au bureau, fait-elle remarquer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi