•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Canadiens en quarantaine sur un bateau : les coulisses d’une gestion de crise

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Canadiens en quarantaine sur un bateau : les coulisses d’une gestion de crise

Un gros paquebot est à quelques centaines de mètres d'un port.

Le Diamond Princess restera au large du port de Yokohama pour les 14 prochains jours. Il ne s'éloignera que pour des « opérations maritimes habituelles », telle que la production d'eau douce, avant de revenir près du port pour le « ravitaillement en nourriture et autres fournitures », a indiqué Princess Cruises.

Photo : La Presse canadienne / AP/Hiroko Harima/Kyodo News

Mariano Lopez sait à quel point il peut être difficile de passer plusieurs jours à côtoyer les mêmes personnes sur un bateau. L'intervenant psychosocial a accompagné l'équipage du Sedna lors de sa mission en Antarctique. Dans le cas du navire de croisière mis en quarantaine en raison de la détection de 10 cas de coronavirus à bord, la situation est encore plus délicate et elle demande une bonne gestion de crise de la part de l'équipage, à son avis.

Mariano Lopez estime qu’il était logique de confiner les passagers du bateau lorsque des cas de coronavirus ont été découverts. Malgré tout, il comprend la frustration qui peut s’ensuivre : Même si tu es enfermé pour ta propre protection, le fait qu’on t’enlève ta liberté, c’est toujours dérangeant.

Et c’est sans compter toute l’angoisse dont peuvent souffrir les passagers, qui vivent dans la crainte de contracter le virus.

Mariano Lopez insiste sur l’importance d’informer ces personnes tout au long des 14 jours que durera leur quarantaine. Le personnel doit aussi s’attendre à devoir calmer des crises d’anxiété et peut-être même des conflits entre partenaires de cabine.

Quant aux passagers, ils devront prendre leur mal en patience. L’intervenant psychosocial leur suggère de profiter de tout ce temps libre pour faire des activités qu’ils n’ont jamais le temps de faire. Il affirme qu’avoir une routine pourrait aider ces personnes à passer sereinement à travers leur quarantaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi