•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vêtements, marqueurs identitaires depuis la préhistoire

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Les vêtements, marqueurs identitaires depuis la préhistoire

Un homme préhistorique marche dans une montagne.

Un homme préhistorique

Photo : iStock

Un vêtement, c'est un objet qui en dit long sur la personne qui le porte. C'est pourquoi l'autrice Yvane Jacob, qui est aussi acheteuse pour une marque suédoise, s'est intéressée dans son livre Sapé comme jadis à la façon dont différentes célébrités dans l'histoire choisissaient leurs vêtements. Ses recherches lui ont permis de découvrir que dès la préhistoire, l'humain a porté une attention particulière à la façon dont il était vêtu.

Contrairement à plusieurs idées reçues, le vêtement n’était pas qu’un objet utilitaire pour l’homme préhistorique. Il y avait déjà une utilisation de parure, une signification autre qu’utilitaire, affirme Yvane Jacob.

Des siècles plus tard, au Moyen Âge, le vêtement est devenu un marqueur social. Les gens étaient vraiment classés selon la façon dont ils étaient habillés, explique Yvane Jacob. On ne pouvait pas sortir du rang qui nous avait été attribué à la naissance et le vêtement était le reflet de ce rang, parce qu’il n’y avait pas vraiment d’autre moyen de connaître l’identité des personnes. Et les gens qui se risquaient à transgresser leur rang étaient fortement condamnés par les autorités religieuses et civiles.

Les vêtements, un vecteur de blocage pour les femmes

Yvane Jacob a noté au cours de sa recherche que les vêtements ont aussi été un obstacle à l’émancipation des femmes. La femme a été confinée dans un costume très peu pratique et ça l’a empêchée de faire un certain nombre d’activités, explique-t-elle.

Au 20e siècle, en Angleterre, les suffragettes étaient d’ailleurs très critiquées en raison de leur habillement peu séduisant. C’est ce qui a convaincu l’une d’entre elles de renverser la vapeur. Elle a demandé à toutes les femmes qui faisaient partie de son mouvement de toujours être extrêmement bien habillées. Celles qui n’étaient pas bien habillées étaient même exclues. Et ça, ça a joué en leur faveur : elles se sont dissociées de l’image qu’on a voulu leur coller.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi