•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un autre restaurant de Montréal vandalisé par des activistes véganes

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Un autre restaurant de Montréal vandalisé par des activistes véganes

La portière d'un restaurant.

Le restaurant Manitoba a été la cible d'acte de vandalisme et d'intimidation.

Photo : Courtoisie - Restaurant Manitoba

Colle dans la serrure, lettre menaçante... après le restaurant Joe Beef, c'est au tour du restaurant Manitoba, dans le quartier Mile-Ex à Montréal, d'être la cible d'intimidation et de vandalisme de la part d'activistes contre la consommation de viande. La copropriétaire de l'établissement, Elizabeth Cardin, réagit au micro d'Annie Desrochers.

« Votre chef Simon Mathys a du sang sur les mains et vous en êtes complices. Des milliers d’oies et de canards payeront injustement de leur vie pour un simple plaisir gustatif dans ce futur projet d’abattoir. »

C’est le contenu d’une lettre adressée à Elizabeth Cardin et Simon Cantin, propriétaires du Manitoba, et au chef Simon Mathys, qui fait référence à l’association de l’établissement avec le Petit abattoir, un projet d’abattoir adapté aux petits producteurs québécois.

Je me suis dit : '' Pourquoi nous attaquer, nous?'' Comme le Joe Beef, nous ne sommes pas dans les restaurateurs les plus nuisibles aux animaux et à leur santé.

Elizabeth Cardin

« Ce qu’on dénonce depuis qu’on existe, c’est un peu tout ce qui a rapport à l’industrialisation dans le secteur alimentaire. Ce sont les mégaproductions animalières, mais aussi les mégaproductions végétales. Je pense qu’ils auraient dû viser davantage les gens qui ont des [entreprises] qui ont comme seul objectif de faire du profit », ajoute-t-elle.

À la défense du régime omnivore

« Je n’ai pas de critique juste à faire contre le véganisme. Mais je n’ai pas l’impression qu’on pourrait devenir végane tout en étant local, au Québec. Je pense que ça vaut la peine d’intégrer une consommation animale, tant que c’est fait de manière éthique et environnementale. »

Les propriétaires ont réagi sur les réseaux sociaux pour expliquer notamment les raisons de leur association avec le Petit abattoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi