•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voyager sur les traces de ses ancêtres

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Voyager sur les traces de ses ancêtres

Tableau montrant des femmes du 17e siècle faisant la révérence devant des hommes.

Tableau peint par Eleanor Fortescue-Brickdale montrant l'arrivée des Filles du roi à Québec

Photo : Bibliothèque et Archives Canada

Certains voyagent pour se reposer; d'autres, pour vivre des aventures; mais, depuis les années 1970, plusieurs personnes voyagent pour renouer avec leurs racines. L'historien et généalogiste Marcel Fournier a effectué des dizaines de voyages en France pour accompagner des gens du Québec qui voulaient visiter le village de leurs ancêtres.

Ces voyages généalogiques peuvent prendre différentes formes. Ils sont parfois organisés par des associations regroupant des personnes portant le même nom de famille. D’autres fois, ce sont différentes familles dont les ancêtres sont partis du même port qui décident de se regrouper pour effectuer le voyage. Et, de plus en plus, des gens décident de voyager seuls pour aller visiter le village qui a vu grandir leurs ancêtres.

Selon Marcel Fournier, pour bien des Québécois qui décident d’entreprendre une telle quête, il s’agit du voyage de leur vie. Les gens ont un sentiment d’appartenance et de fierté et ils sont émus, indique-t-il. Ils se disent qu’ils respirent le même air que leurs ancêtres ont respiré il y a 12 générations.

Plusieurs régions de la France bénéficient du tourisme généalogique : la Normandie, le Poitou-Charentes, l’Île-de-France, etc. Même s’il ne s’agit pas de voyages de luxe, Marcel Fournier soutient que ce type de tourisme favorise les régions plus éloignées et moins visitées. On fait vivre la ville à une échelle peut-être plus restreinte, mais quand même intéressante, dit-il.

Certaines villes offrent même des circuits touristiques destinés spécifiquement aux Québécois qui veulent connaître l’histoire de leurs ancêtres.

Et au Québec?

Marcel Fournier croit que le Québec aurait tout avantage à offrir de tels circuits aux Américains. Il rappelle que 13 millions d’Américains sont d’ascendance canadienne-française. Ceux qui sont encore en vie font partie de la troisième génération et ne sont donc pas si loin de l’époque où leurs ancêtres vivaient au Québec.

Pour eux, c’est intéressant de venir visiter le village de leurs ancêtres, où il y a encore bien souvent l’église et l’école que leurs ancêtres ont fréquentées, croit le généalogiste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi