•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un laboratoire de décomposition humaine à Bécancour

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Un laboratoire de décomposition humaine à Bécancour

Terrain boisé entouré d'une clôture et où 3 personnes travaille.

Trois des chercheurs sur le site temporaire de recherche travaillent en vue du futur site de recherche en thanatologie de l'UQTR qui sera hautement sécurisé et dédié à l'étude de la décomposition cadavérique humaine en milieu naturel.

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

Des chercheurs de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) sont en train de mettre sur pied un laboratoire à ciel ouvert dans lequel ils observeront des corps humains se décomposer. Celui-ci ouvrira officiellement au printemps prochain, dans un secteur boisé du parc industriel de Bécancour. Le chercheur Frank Crispino, du Laboratoire de recherche en criminalistique de l'UQTR, explique en quoi les travaux qui s'y dérouleront permettront de faire avancer les enquêtes policières.

Le laboratoire de décomposition est un grand terrain fermé, protégé de toute intrusion humaine ou animale. Des corps humains y seront déposés dans le but qu'on observe les étapes de leur décomposition et leur interaction avec l’environnement. L'objectif est d’avoir des modèles de détermination du délai post mortem, explique Frank Crispino. En d’autres mots, les recherches visent à établir comment on peut déterminer le moment de la mort en observant un cadavre.

Les chercheurs veulent aussi trouver une façon de savoir si un corps a été déplacé.

Leurs observations des interactions entre les corps et le milieu leur permettront également de voir s’il est possible de détecter la présence d’un cadavre à partir de signaux dans l’environnement.

Les corps qui seront utilisés pour les expériences proviendront d’une communauté de donneurs déjà bien établie dans la région. Il faut savoir que l’Université du Québec à Trois-Rivières a une expérience de dons de corps très importante par son Département d’anatomie, qui existe depuis près de 20 ans, indique Frank Crispino.

Comment la population de Bécancour accueille-t-elle la présence d'un tel laboratoire? À la grande surprise des chercheurs, le projet jouit d’une très grande acceptabilité sociale. Selon Frank Crispino, cela s’explique par le fait que l'affaire Cédrika Provencher a beaucoup marqué les esprits dans la région, d’où le désir d’améliorer la science derrière les enquêtes criminelles.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi