•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oui, il est possible de protéger les piétons

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Oui, il est possible de protéger les piétons

Une femme d'un certain âge traverse la rue à l'aide d'une canne.

En moyenne à Montréal, 14 piétons décèdent annuellement. De ce nombre, près de 60 % sont des piétons âgés de plus de 65 ans.

Photo : getty images/istockphoto / bee32

Patrick Morency, médecin-conseil à la Direction de la santé publique de Montréal, estime que la mort de piétons représente une véritable crise de santé publique. Il existe pourtant des solutions pour mieux protéger les piétons sur la voie publique.

Le partage de la route est un véritable casse-tête pour les autorités, et pas seulement au Québec : Dans toutes les villes d’Amérique du Nord, le même problème se pose : à qui attribue-t-on l’espace en priorité sur les grandes artères?

C’est un vrai défi de planifier à la fois pour décongestionner le réseau routier, faire passer le plus d’autos plus vite, et en même temps sécuriser les piétons et les cyclistes. Il y a des choix à faire.

Patrick Morency, médecin-conseil à la Direction de la santé publique de Montréal

Or, pour Patrick Morency, il est impératif qu’une ville comme Montréal opte pour des aménagements qui assureront la protection des piétons contre les véhicules. Les mesures d’apaisement de la circulation sauvent des vies, soutient-il.

Le médecin-conseil cite les saillies de trottoirs comme exemple d’aménagement pour sécuriser les piétons. Selon lui, elles obligent les véhicules à ralentir et diminuent de moitié la distance à parcourir par les piétons qui traversent une intersection, et réduisent ainsi le nombre de blessés autant chez les automobilistes que chez les piétons.

Notre première recommandation, depuis une quinzaine d’années, c’est d’inclure des aménagements pour les piétons dans les projets de réfection courants, donc d’allouer un peu plus d’espace aux piétons, et là, les coûts ne sont pas plus élevés, affirme Patrick Morency.

Les décès, c’est la pointe de l’iceberg. Pour chaque décès, il y a peut-être quelques milliers de piétons qui sont blessés sur la route.

Patrick Morency, médecin-conseil à la Direction de la santé publique de Montréal
Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi