Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mercredi 6 novembre 2019

Oui, vous avez probablement un ancêtre autochtone

Publié le

Une femme tient son arbre généalogique
Selon l'historien Denys Delâge, de nombreux Québécois ont au moins un ancêtre autochtone dans leur arbre généalogique.   Photo : iStock

Il est peu probable, par contre, que vous en ayez plusieurs. L'historien Denys Delâge, qui a longtemps étudié l'histoire des Autochtones, remet les pendules à l'heure quant à la présence d'ancêtres autochtones dans l'arbre généalogique des Québécois.

Peu de Canadiens français peuvent se targuer d’avoir un grand nombre d’ancêtres autochtones. Les mariages mixtes dans la vallée du Saint-Laurent n’étaient pas aussi fréquents qu’on le pense, selon l’historien Denys Delâge. C’est surtout à proximité des communautés autochtones que le métissage était plus courant.

Par contre, une grande majorité de Québécois trouveront au moins un ancêtre autochtone dans leur arbre généalogique. Si on faisait passer un test sanguin [aux gens], on constaterait qu’à Montréal, environ 75 % des Canadiens français ont un ancêtre autochtone, et que dans le reste du Québec, ce serait les deux tiers qui en auraient un, affirme Denys Delâge.

Et la raison est bien simple. L’historien explique que le marqueur autochtone étant dominant, il suffit qu’un parent l’ait pour que tous les enfants se retrouvent avec du sang autochtone dans les veines.

Ne vous fiez pas aux registres

Pour Denys Delâge, les registres de mariages et de baptêmes ne sont pas de bons indicateurs de la présence d’ancêtres autochtones dans une famille, car de nombreuses personnes changeaient de nom au moment de se marier. Une fois que des Indiens sont convertis depuis trois ou quatre générations, il n’est pas nécessaire d’indiquer au registre qu’ils sont, comme on disait à l’époque, des sauvages, souligne Denys Delâge.

Il fait valoir également qu’à une certaine époque, il n’était pas bien vu d’avoir des ancêtres autochtones et que les gens préféraient parfois cacher ce côté de leur généalogie.

Chargement en cours