Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du lundi 7 octobre 2019

Il veut laisser la nature s’occuper du gazon et du jardin

Publié le

Une image rapprochée de gazon vert.
Un résident de Sutton espère faire changer les règlements municipaux limitant la hauteur du gazon à 30 cm, au nom de l'environnement.   Photo : Kaboompics, Pexels

Quelle ne fut pas la surprise de Jeremy Lloubes, résident de Sutton, lorsqu'il a reçu un avertissement de la Ville lui ordonnant de couper son gazon sous le seuil des 30 centimètres, en vertu des règlements municipaux. Le citoyen s'est conformé aux règlements existants, mais il prendra le chemin du Conseil municipal pour tenter de les faire changer au nom de l'environnement.

C’est que Jeremy Lloubes habite un développement à une dizaine de minutes à pied du centre de Sutton et dispose d’un grand terrain sur lequel il aimerait voir y pousser un jardin écologique, où la nature aurait plutôt libre cours. Selon Jeremy Lloubes, les gazons tondus au ras du sol et les jardins carrés sont une mode qui remonte à une autre époque.

C’était planifié pour une forme d’esthétisme qui correspondait à [la renaissance]. Et on se retrouve maintenant avec des jardins contrôlés alors que la nature sait faire les choses mieux que nous.

Jeremy Lloubes, résident de Sutton

Il reconnaît ne pas être un spécialiste de la question, mais de nos jours, selon lui, « on a besoin de ces espaces-là pour offrir des habitats à la biodiversité ».

Il se rendra donc devant le conseil municipal, armé d’appuis et d’une pétition, et il espère une ouverture de la part des autorités : « Je veux travailler avec eux plutôt que contre eux. C’est une façon pas chère pour la ville d’aller dans le sens de la déclaration d’urgence climatique qu’ils ont signée un peu plus tôt cette année », croit-il.

Chargement en cours