Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mardi 17 septembre 2019

C'est la fin de la monnaie à la Banque Laurentienne

Publié le

Des rouleaux de monnaie placés côte à côte, de la pièce d'un sou à a pièce de deux dollars.
Les rouleaux de monnaie ne sont plus acceptés à la Banque Laurentienne depuis juillet dernier.   Photo : Getty Images / slearmonth2

Êtes-vous de ceux qui accumulent la monnaie dans un récipient à la maison? Il se pourrait que vous ne puissiez plus échanger vos rouleaux en billets. C'est du moins ce qu'a décidé la Banque Laurentienne en juillet dernier. Julien Perrotte, un client de l'institution financière, s'explique mal cette décision.

Tous les ans, Julien Perrotte se présente à sa banque avec sa monnaie roulée pour la déposer dans son compte. Cette fois-ci, il s’est rendu avec 800 $ en poche, mais a été surpris d’apprendre que son institution financière ne l’acceptait plus.

« On ne m’a pas vraiment donné de raison. On m’a dit : "C’est simple, vous n’avez qu’à faire le tour des dépanneurs, ou aller au restaurant, à l’épicerie. Trouvez un endroit qui veut de votre change!". J’ai été un peu outré », raconte-t-il.

Ce que reproche surtout Julien Perrotte à sa banque, c’est le manque de solutions de rechange. Car pour échanger sa monnaie, il faut se tourner vers des entreprises comme Coinstar où l’argent est échangé avec des intérêts de 11,9 %, par exemple. Sur 800 $, cette marge représente environ 95 $.

« Après, ça va être qui? On s’est rendu compte qu’il y a une absence de loi à cet effet. Il n’y a aucun cadre dans la législation de la monnaie. Les entreprises ont le droit d’accepter ou non la monnaie », explique-t-il.

« Tant que de la monnaie se fabrique, il faut que quelqu’un s’en occupe », affirme-t-il.

Julien Perrotte compte se trouver une nouvelle banque. Le premier critère sur sa liste : elle devra accepter sa monnaie.

Chargement en cours