Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mercredi 11 septembre 2019

Faut-il bannir les parfums des vapoteuses?

Publié le

Une femme fume une cigarette électronique.
L'usage de cigarettes électroniques peut être à l'origine de l'apparition de symptômes de maladies pulmonaires, prévient Santé Canada.   Photo : Reuters / Ronen Zvulun

Alors que les cas de maladies pulmonaires et les décès possiblement liés au vapotage se multiplient aux États-Unis, Donald Trump a annoncé vouloir bannir une grande partie des parfums des liquides à vapoter. Est-ce un pas dans la bonne direction? Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention à l'Institut de cardiologie de Montréal, a quelques réserves.

Pour Martin Juneau, il y a de quoi s’inquiéter avec les vapoteuses. Toutefois, il souligne qu’à la différence des États-Unis, tous les produits de cigarette électronique vendus au pays sont homologués par Santé Canada.

« Ce qui se passe aux États-Unis, c’est qu’ils utilisent les cigarettes électroniques pour mettre autre chose que de la nicotine dedans, comme de l’huile de cannabis ou toutes sortes d’additifs », indique-t-il.

Malgré une récente étude sur les effets néfastes que l’usage de cet appareil peut avoir sur la santé pulmonaire, le cardiologue insiste sur l'avantage de la cigarette électronique pour cesser de fumer.

« Je l’utilise en clinique depuis longtemps. J’ai eu des succès [d’arrêt du tabac] que je n’ai jamais obtenus avec les moyens habituels comme les timbres ou les gommes [à mâcher] », insiste-t-il.

Chargement en cours