Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du lundi 2 septembre 2019

Pour le retour des plaques d’adresse ancestrales de Montréal

Publié le

Deux plaques en métal bleues avec des chiffres blancs placées chacune au-dessus d'une porte d'appartement.
Des plaques d'adresse ancestrales de Montréal   Photo : Marie-Anne Marchand/Facebook

Marie-Anne Marchand est une passionnée du patrimoine, plus particulièrement des plaques d'adresse que l'on pouvait voir autrefois au-dessus des portes des logis montréalais. Elle tente de convaincre la Ville de Montréal de mettre sur pied un programme pour permettre aux citoyens de redonner vie à ces plaques ancestrales.

Marie-Anne Marchand a réussi à se procurer une plaque du même modèle que celles d’autrefois, mais elle a dû la commander auprès d’un émailleur en France. Ce qui est hallucinant, c’est qu’on ne peut pas les faire faire ici, affirme-t-elle. Elle souhaiterait que les citoyens de Montréal puissent facilement se procurer une reproduction de ces plaques d’adresse ancestrales. Elles étaient, à l’époque, faites de métal embossé et portaient généralement des chiffres blancs sur un fond bleu.

Un plaque de métal bleue avec des chiffres blancs dessus.
Les plaques d'adresse montréalaises étaient à l'époque faites de métal embossé.   Photo : Marie-Anne Marchand/Facebook

C’est une signature de Montréal, croit Marie-Anne Marchand. Quand on voit une photo sur laquelle il y a ces plaques d’adresse, on sait qu’on est à Montréal. Pour moi, ça a une grande valeur.

Ces plaques ont été imposées aux Montréalais en 1905, à la suite de fusions municipales. Il fallait alors uniformiser les adresses et le nom des rues, et la Ville a obligé les citoyens à se procurer une nouvelle plaque au coût de 20 cents. C’est la Ville qui assurait leur fabrication et leur installation.

Marie-Anne Marchand affirme que les fonctionnaires municipaux se sont montrés ouverts à l'idée de redonner vie à ces plaques, mais qu’aucun programme n’est en vue pour le moment.

Chargement en cours