Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mardi 27 août 2019

Les manèges de La Ronde font-ils partie de notre patrimoine?

Publié le

Quatre personnes prennent place dans un wagon d'un manège du parc d'attractions La Ronde, à Montréal.
Des visiteurs de La Ronde s'amusent (ou pas) dans un manège.   Photo : Radio-Canada / Archives de la Ville de Montréal

Le Super Manège de La Ronde sera démantelé pour faire place à de nouvelles montagnes russes. L'an passé, la fin de La Pitoune, l'un des six manèges originaux du parc d'attractions, a suscité une vague de nostalgie. Ces manèges qui marquent notre enfance depuis des décennies sont-ils des objets patrimoniaux que nous devrions conserver? Tristan Demers, auteur du livre Emmène-nous à La Ronde, exprime son point de vue sur la question.

Le Super Manège fait virevolter les Montréalais et les touristes depuis 1981. C’était les premières montagnes russes à double tour qui nous viraient à l’envers au parc, précise Tristan Demers. Il comprend néanmoins la décision de la compagnie américaine Six Flags, propriétaire de La Ronde, de démanteler l’attraction. Je pense que le Super Manège était peut-être arrivé à la fin de sa vie utile, dit-il.

Pour Tristan Demers, il faut plus que de la nostalgie pour justifier la préservation d’un manège : Je me dis toujours qu’il faut faire attention. C’est une entreprise privée, elle en fait ce qu’elle veut. On peut être déçus, mais si l’argument de notre émoi collectif, c’est la nostalgie récurrente, l’enjeu ne peut pas tenir là-dessus.

Des inquiétudes pour le carrousel

Si les disparitions de La Pitoune et du Super Manège peuvent s'expliquer, Tristan Demers s'inquiète par contre pour l’avenir du Galopant, le plus vieux manège de La Ronde.

Construit à la main en 1885, en Belgique, il est aujourd’hui en train de se dégrader, selon l’auteur.

Tristan Demers estime que ce manège aurait dû être exclu de la vente de La Ronde à Six Flags pour que Montréal soit en mesure de le préserver.

Le saviez-vous?

  • En 1981, l’Américain Richard Rodriguez a passé 218 heures, soit 9 jours, dans le Super Manège, se sustentant à l’aide d'une paille et dormant dans un habit de motoneige. Il aura fait au total 4336 tours dans le manège. Il voulait ainsi battre un record dans l’espoir d’obtenir une bourse de 5000 $ de Coca-Cola qui lui permettrait de poursuivre ses études à New York.
  • Lorsque Le Galopant a été récupéré par La Ronde, au milieu des années 60, des femmes nues ornaient sa fresque intérieure. Sous la pression du cardinal Paul-Émile Léger, des vêtements ont été peints sur les femmes pour donner la fresque que l’on connaît aujourd’hui.

Chargement en cours