Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du vendredi 16 août 2019

Le marché noir, encore populaire auprès des consommateurs de cannabis

Publié le

Un joint de cannabis.
Un joint de cannabis   Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Selon les données les plus récentes de Statistique Canada, 40 % des consommateurs de cannabis s'approvisionnent encore au marché noir. Pour le professeur de psychoéducation Jean-Sébastien Fallu, il faudra être patient, et rendre la marijuana légale plus accessible, avant de voir le marché noir disparaître.

Le spécialiste affirme que le portrait est encore plus sombre si l'on regarde les parts de marché. Il estime qu’environ 70 % du marché du cannabis est encore illégal. On sait qu’une petite proportion de consommateurs quasi quotidiens trouvent très peu leur compte dans le marché légal à cause des économies d’échelle qu’ils peuvent faire dans le marché illégal, explique-t-il.

Jean-Sébastien Fallu pense que le prix du cannabis légal est un peu trop élevé par rapport au prix du marché noir. S’il croit que le gouvernement aurait avantage à en diminuer le prix, il concède que sa marge de manœuvre est mince s’il ne veut pas encourager les citoyens à en consommer.

Le spécialiste soutient aussi que la réduction du nombre de succursales de vente de cannabis et de leurs heures d’ouverture nuit au marché légal. Et ce n’est surtout pas non plus avec un âge minimal de 21 ans qu’on va améliorer la situation, ajoute-t-il.

S’il ne croit pas que le marché noir disparaîtra complètement, il mentionne que plusieurs experts s’attendent à ce qu’il soit remplacé à 80 % ou 90 % par le marché légal. Il faudra toutefois quelques années avant d’y parvenir.

Je pense que les jeunes qui vont naître dans une société où il y a des boutiques vont probablement adopter davantage cette pratique-là que les gens qui s’approvisionnaient au marché illégal, affirme-t-il.

Chargement en cours