Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mercredi 14 août 2019

4 remèdes contre l’écoanxiété

Publié le

Un homme porte ses mains à la tête. Des gribouillages comportant des points d'interrogation et d'exclamation entourent sa tête.
De plus en plus de personnes vivent de l'anxiété face aux changements climatiques.   Photo : iStock / SIphotography

L'anxiété liée à l'environnement est un phénomène bien réel, et pour lequel de plus en plus de personnes consultent un psychologue. Il existe heureusement des moyens de la combattre. Le psychologue Joe Flanders nous les fait connaître.

Le spécialiste explique que l’anxiété, c’est la réponse du corps à une menace. Celui-ci s’active face au danger. L’anxiété est faite pour combattre, précise-t-il. Chaque [forme d']anxiété est liée à un sujet, et ça prend ce sujet pour activer le corps. La menace peut donc prendre différentes formes, et les bouleversements climatiques en sont une.

Joe Flanders ajoute que certaines personnes ayant un système nerveux sensible sont plus sujettes à faire de l’anxiété, peu importe la raison. Cette anxiété peut d’ailleurs changer au fil du temps, et c’est ce qu’on appelle l’anxiété flottante.

Le psychologue recommande généralement quatre remèdes à ses patients qui souffrent d’écoanxiété.

1. S’engager

Si l'on reste chez soi, qu’on pense à ça et qu’on ne fait rien, c’est sûr qu’on va souffrir beaucoup, affirme Joe Flanders.

Il suggère donc aux personnes qui s’inquiètent pour l’environnement de s’impliquer dans la lutte contre les bouleversements climatiques, par de petits gestes ou à plus grande échelle. Cette façon de réagir permet de donner un sentiment de contrôle aux personnes anxieuses.

L’engagement peut aussi se traduire par le fait de voter pour un parti qui fait de la protection de l’environnement sa priorité.

2. Suivre une thérapie cognitive

La crise climatique étant un enjeu complexe aux multiples variables, le cerveau humain a parfois du mal à bien en saisir l’essence, ce qui peut amener certaines personnes à sauter aux conclusions négatives sans comprendre tous les aspects du problème.

Selon Joe Flanders, une thérapie cognitive peut aider ces personnes à aborder la crise climatique de façon plus rationnelle, en se basant sur les faits.

3. En parler

C’est pire quand on se sent seul, souligne le psychologue.

Il recommande donc aux personnes anxieuses de parler de leur angoisse avec leurs proches, afin d’en atténuer les effets.

4. Suivre une diète informative

Tout comme les aliments que nous mangeons, les informations que nous consommons n’ont pas toutes les mêmes valeurs nutritionnelles, selon Joe Flanders.

Il insiste sur l’importance de bien choisir ses sources d’information afin que cette dernière soit nutritive, c’est-à-dire fiable et pertinente. Il soutient qu’une trop grande consommation d’information de mauvaise qualité peut accroître le sentiment d’anxiété.

Chargement en cours