Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du lundi 12 août 2019

Recyclage ou consigne : les deux sont nécessaires, selon un expert

Publié le

Un lot de plusieurs centaines de contenants alimentaires en verre.
Des contenants de verre envoyés au recyclage   Photo : CBC / Don Somers

Alors que le clan de la consigne affronte celui du recyclage devant la commission parlementaire sur le recyclage et la valorisation du verre, le professeur-chercheur Marc Olivier, du Centre de transfert technologique en écologie industrielle, soutient que les deux options sont complémentaires.

Pour l’avenir, il faudra qu'il y ait plusieurs méthodes de récupération du verre, selon ce qu’on veut faire avec, affirme Marc Olivier.

Il souligne que certains produits nécessitent du verre en parfait état. La consigne serait donc le meilleur moyen de fournir des matériaux de qualité pour leur fabrication. Elle s’appliquerait à des formats de bouteilles bien précis.

Mais le spécialiste insiste aussi sur l’importance d’améliorer les techniques de tri des centres de récupération pour que tous les autres types de contenants de verre puissent être valorisés. Il mentionne d’ailleurs que le Québec est l’endroit dans le monde où la collecte sélective est la mieux implantée.

On ne peut pas déshabiller l'un pour habiller l’autre.

Marc Olivier, professeur-chercheur au Centre de transfert technologique en écologie industrielle

Encourager l’économie circulaire

Pour Marc Olivier, il ne suffit pas d’imposer une consigne sur les bouteilles de verre et de récupérer les autres contenants : il faut aussi trouver des débouchés au verre recyclé, idéalement au Québec.

Regardez ce qu’on a fait avec le plastique : les forces du marché ont fait en sorte qu’on fait de la valeur ajoutée en Asie plutôt qu’ici, déplore-t-il.

Il croit que le gouvernement devrait encourager les entreprises du Québec à innover et à trouver des façons de réutiliser le verre provenant des centres de tri.

Chargement en cours