•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici comment le gouvernement et les banques protègent vos données

Le 15-18

Avec Isabelle Richer

En semaine de 15 h à 18 h

Voici comment le gouvernement et les banques protègent vos données

Audio fil du mercredi 7 août 2019
Des messages cryptés visibles sur un écran d'ordinateur.

La dépendance aux technologies et les vulnérabilités que cela engendre sur le plan de la protection des données personnelles représentent un défi.

Photo : iStock

Avec les annonces récentes du vol de données chez Desjardins, puis à Revenu Québec, certains citoyens peuvent avoir l'impression que leurs informations personnelles sont à découvert. Or, le gouvernement et les banques sont dotés de mécanismes sophistiqués pour repérer les tentatives de vol de données, selon l'ex-chef de l'escouade des crimes économiques à la Sûreté du Québec Michel Carlos.

Le spécialiste mentionne que les fonctionnaires du ministère du Revenu n’ont pas accès à toutes les données des contribuables. Certains, par exemple, ne peuvent accéder qu’aux informations des personnes dont le nom commence par un A. Cette segmentation est une façon de protéger les données des contribuables.

Si un employé tente d’accéder à des fichiers sans en avoir l’autorisation, une alerte se déclenche. Ça prend des systèmes sophistiqués, et ça existe, affirme Michel Carlos.

Il souligne d’ailleurs que la personne responsable de la fuite de données à Revenu Québec a rapidement été arrêtée : Dans ce cas-là, la personne a été prise, on peut donc tenir pour acquis que les systèmes de détection ont fonctionné à Revenu Québec.

Pour ce qui est des banques, Michel Carlos affirme que leurs employés n’ont pas accès aux données les plus confidentielles des clients, seulement aux informations générales. Si quelqu’un va vérifier des données confidentielles, ça va être détecté, rapporté et [il va y avoir une enquête], dit-il.

Miser sur la prévention

Le spécialiste des crimes économiques estime que les organisations qui détiennent un grand nombre de données confidentielles auraient tout intérêt à miser sur la prévention. Pourquoi quelqu’un qui travaille dans une organisation depuis 15-20 ans se met-il à voler des données? demande Michel Carlos.

Il faut, à son avis, cibler les employés qui développent des problèmes de drogue ou d’alcool, dont la situation financière se détériore, qui se sont vu refuser une promotion ou dont le comportement a changé pour prévenir d’éventuels crimes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi