Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mardi 30 juillet 2019

Les résidus d’emballage empoisonnent l’air du centre de tri de Montréal

Publié le

Des employés au centre de tri de Récupération Mauricie à Trois-Rivières.
Des employés au centre de tri de Récupération Mauricie à Trois-Rivières.   Photo : Radio-Canada / Claudie Simard

Les 125 employés du centre de tri de Montréal sont exposés à une concentration de moisissures et de bactéries dans l'air 260 fois plus élevée que la normale, selon ce qu'a révélé La Presse. Les responsables : les emballages mal nettoyés déposés dans les bacs de recyclage. Le Dr Geoffroy Denis, médecin à la Direction régionale de santé publique de Montréal, explique comment les contenants souillés posent d'importants problèmes de santé pour les travailleurs.

« Ce qui nous préoccupe, ce sont surtout les problèmes de nature respiratoire », indique le Dr Geoffroy Denis. L’exposition aux bactéries et à la moisissure peut entraîner des problèmes d’irritation, des allergies ou encore de l’asthme. « Dans certains cas plus rares, il peut y avoir une inflammation des poumons, ce qui va être un peu plus grave », précise-t-il.

Les résidus alimentaires de toute nature entraînent la prolifération de bactéries, particulièrement en période de grande chaleur. Le papier cartonné, une fois mouillé, peut également moisir.

Pour protéger les travailleurs dans les centres de tri, les citoyens peuvent s’assurer de bien rincer leurs contenants avant de les déposer au recyclage. Les centres pourraient également se doter d’appareils pour assurer un nettoyage adéquat des emballages.

« Dans l’usine même, il y a des choses qui pourraient être mises en place, mais ce sont des solutions quand même assez onéreuses, souligne le Dr Geoffroy Denis. On parle de ventilation et de captation de contaminants. Ultimement, on peut aussi protéger les travailleurs avec des mesures d’hygiène et de protection respiratoire. »

Chargement en cours