Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du jeudi 25 juillet 2019

Le président de Savoura et son fils ont été retrouvés morts

Publié le

Stéphane Roy et son fils portant chacun un chapeau, sourient à la caméra.
Stéphane Roy et son fils de 14 ans étaient tous deux portés disparus depuis le 10 juillet alors qu'ils étaient à bord de leur hélicoptère.   Photo : Facebook

La Sûreté du Québec confirme avoir retrouvé l'hélicoptère et les corps de Stéphane Roy et son fils, disparus depuis deux semaines dans le nord des Laurentides. Pour le président de l'Association québécoise pour le transport aérien, Patrick Lafleur, beaucoup de mystère entoure ces morts.

C’est toute la communauté des pilotes au Québec qui est ébranlée, affirme Patrick Lafleur. Heureusement, ils ont été retrouvés. Ils auraient pu rester perdus beaucoup plus longtemps.

Les circonstances qui entourent la tragédie demeurent floues, selon Patrick Lafleur. Les conditions météorologiques étaient convenables au moment du vol et il précise que cette région n’est pas particulièrement difficile à survoler.

L’appareil était doté d’une radiobalise, mais elle n’a émis aucun signal. C’est assez mystérieux que la radiobalise ne se soit pas enclenchée, croit Patrick Lafleur. Ça aurait grandement accéléré le processus pour les retrouver. Il souligne qu’il est déjà arrivé que la radiobalise d'un hélicoptère ne se déclenche pas au moment d’un accident. Il se peut aussi que l’impact n’ait pas été assez fort.

À son avis, l’hypothèse la plus plausible serait un problème mécanique : Si jamais il y avait eu un souci mécanique qui l’avait forcé à atterrir immédiatement, alors il aurait pu être en mauvaise posture. C’est un secteur très boisé, c’est difficile de trouver des terrains d’atterrissage convenables dans les secondes qui suivent.

Patrick Lafleur s’attend à ce que le rapport préliminaire des enquêteurs du Bureau de sécurité des transports soit déposé d’ici quatre à six mois.

Chargement en cours