Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mercredi 24 juillet 2019

Cyclistes, voici vos recours si vous chutez à cause d’un nid-de-poule

Publié le

Nid de poule
Au printemps, la vigilance est de mise pour éviter les nids de poule.   Photo : iStock

Si vous avez subi des dommages matériels en raison d'un accident de vélo causé par le mauvais état de la chaussée, vous avez la possibilité de poursuivre la Ville de Montréal pour être dédommagés, mais vous devez faire vite, selon la présidente-directrice générale de Vélo Québec, Suzanne Lareau.

Le délai de prescription pour intenter une poursuite contre la Ville de Montréal est très court : 15 jours. Passé ce délai, il n'est plus possible de faire une réclamation pour des dommages matériels. Pour ce qui est des dommages corporels, il n'y a pas de date limite pour demander un dédommagement, mais il est recommandé de le faire le plus rapidement possible.

Et ce n'est pas tout : il faut aussi prouver qu'il y a eu négligence de la part de la Municipalité.

Suzanne Lareau conseille donc aux cyclistes de rester très prudents et de ne pas, notamment, traverser les flaques d’eau, car on ne sait jamais ce qui se trouve en dessous. Elle a aussi un message pour les automobilistes : Quand vous voyez un cycliste dévier de son chemin, il ne le fait pas par plaisir, il le fait par obligation, pour éviter une chute.

La PDG de Vélo Québec déplore la prolifération de nids-de-poule sur le réseau routier montréalais. Il me semble que ce n’est pas compliqué d’arpenter les rues une fois de temps en temps, surtout après l’hiver, et de recenser les nids-de-poule qui sont vraiment dangereux et de les boucher, affirme-t-elle.

Que nos rues ne soient pas infestées de cratères, ça devrait être un minimum requis dans une ville comme Montréal.

Suzanne Lareau, présidente-directrice générale de Vélo Québec

Elle critique aussi l’état de certaines pistes cyclables, comme celle de la rue Rachel, à l’est de la rue d’Iberville, que les cyclistes n’osent plus emprunter. Je suis toujours étonnée qu’on n’ait pas porté plus attention au revêtement des pistes cyclables, dit-elle.

Chargement en cours