Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du vendredi 5 juillet 2019

Le cryptosporidium, un parasite qui donne la diarrhée et qui résiste au chlore

Publié le

Un jet d'eau sort d'un boyau d'arrosage.
Un employé nettoie une piscine.   Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les États-Unis connaissent ces dernières années un regain d'éclosions de cryptosporidiose, une maladie causée par le parasite cryptosporidium. Au Québec, les autorités ne s'inquiètent pas outre mesure de ce parasite, mais le microbiologiste et infectiologue Karl Weiss tient tout de même à rappeler les mesures à prendre pour éviter les infections.

Le cryptosporidium est connu depuis bien longtemps. « C’est un parasite qui vit principalement dans l'eau : les lacs, les rivières, les piscines, tout ce qui peut être arrosé par l’eau », explique Karl Weiss.

Il mentionne que des petits fruits contaminés par le cryptosporidium ont déjà été la source d'une éclosion de cryptosporidiose par le passé.

Le cryptosporidium est un parasite très résistant, qui n'a pas peur du chlore des piscines. Une grande part des éclosions de cryptosporidiose sont liées à la baignade dans des piscines et dans des bassins d’eau récréatifs.

Heureusement, les symptômes de la cryptosporidiose, quoique désagréables, sont plutôt inoffensifs chez les personnes en bonne santé. « La majorité des gens qui l’attrapent ne sont pas malades, dit-il. Ceux qui sont en bonne santé vont parfois avoir de la diarrhée. »

Les personnes qui ont un système immunitaire affaibli peuvent toutefois développer des complications liées à la cryptosporidiose, comme une diarrhée chronique.

C’est un parasite très fréquent, associé à l'eau, très résistant à plusieurs agents chimiques, incluant le chlore, et qui, la plupart du temps, va donner des diarrhées limitées qui vont disparaître par elles-mêmes.

Karl Weiss, microbiologiste et infectiologue à l'Hôpital général juif de Montréal

Il existe un traitement, mais il est plutôt difficile à obtenir au Canada et on le réserve aux personnes dont la santé est fragile. Les personnes en bonne santé qui sont infectées guérissent généralement par elles-mêmes au bout de quelques jours.

Pour l'infectiologue, la meilleure façon d'éviter les éclosions est de ne pas laisser les bébés qui ont la diarrhée se baigner dans les piscines publiques, même s'ils portent une couche. Il y a du gros bon sens à avoir, dit-il. Même les enfants et les adultes qui sont infectés représentent un risque s'ils se baignent dans des endroits fréquentés par d'autres baigneurs.

Chargement en cours