Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du jeudi 13 juin 2019

Serge Bouchard nous raconte la passion de Bernard Arcand pour les Cuivas

Publié le

Serge Bouchard et Bernard Arcand en 2007.
Serge Bouchard et Bernard Arcand ont animé l'émission "Les lieux communs" à la radio de Radio-Canada, dans les années 90.   Photo : Louise Bilodeau

Un peu avant sa mort, l'anthropologue et animateur Bernard Arcand a dit que l'on pouvait jeter tous ses écrits, exception faite d'un manuscrit sur les Cuivas, un peuple qu'on trouve en Colombie. Ce manuscrit est aujourd'hui publié sous le titre Les Cuivas; il raconte les deux années que Bernard Arcand a passées parmi ce peuple de chasseurs-cueilleurs, à la fin des années 60. Serge Bouchard, lui-même anthropologue et animateur, revient sur la passion de Bernard Arcand pour les Cuivas.

Les Cuivas, c’est avant tout le récit d’un rêve inachevé. Il va avoir la frustration de l’anthropologue qui a fait deux ans de terrain en Colombie et qui est incapable de rendre publique sa grande ethnographie, raconte Serge Bouchard. Et il a été frustré toute sa vie de ça.

Bernard Arcand souhaitait ardemment publier une version vulgarisée pour grand public de son étude sur les Cuivas, mais il n’a jamais eu le temps de la terminer. La mort l'a pris en pleine course, rappelle Serge Bouchard. Il est mort à 63 ans d’un cancer fulgurant.

L’anthropologue a toujours voulu aller à la rencontre de peuples qui n’avaient jamais été étudiés. Il nourrissait même le projet de se rendre aux îles Nicobar, l'endroit précis où un touriste américain a trouvé la mort sous les flèches du peuple des Sentinelles, en 2018.

Il a finalement jeté son dévolu sur les Cuivas de la Colombie, chez qui il a pu constater les ravages de la colonisation. Sans cesse attaqués par les colons colombiens, ils ont vu leur territoire se rapetisser à vue d'œil et leur mode de vie se sédentariser. Bernard Arcand a même vu débarquer une équipe de tournage de la BBC, qui lui demandait constamment de parler aux Cuivas pour qu’ils agissent comme les producteurs le souhaitaient, et ce, au grand mécontentement de l'anthropologue.

Les Cuivas ont aussi reçu la visite de missionnaires linguistiques américains. On n’a pas beaucoup entendu parler de ça, mais c’était un travail de fond que les Américains faisaient pour aller chez tous les Autochtones du monde pour traduire la Bible dans toutes les langues du monde, explique Serge Bouchard.

L’anthropologue a fini par s’attacher aux Cuivas, dont il avait même appris la langue. Il a caché son travail parce qu’il savait que le gouvernement colombien, des gens malveillants, pourrait utiliser son travail pour localiser les Cuivas et utiliser ses techniques pour les approcher, affirme Serge Bouchard.

Chargement en cours