Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Richer
Audio fil du mardi 4 juin 2019

Voici la recette du vrai repas gastronomique français

Publié le

Illustration montrant trois femmes de différentes époques devant des couverts posés sur une table.
L'exposition "À table! Le repas français se raconte" est présenté au Musée Pointe-à-Callière du 6 juin au 13 octobre.   Photo : Musée Pointe-à-Callière/Annick Poirier (Colagene.com)

Le repas gastronomique français a été inscrit en 2010 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO. Il fait l'objet d'une exposition, intitulée À table! Le repas français se raconte, au Musée Pointe-à-Callière, à Montréal. Selon la directrice générale du musée, Francine Lelièvre, le repas gastronomique « est une forme d'identité culturelle des Français » et il est régi par des règles bien précises.

Pour qu’un repas soit considéré comme un repas gastronomique français, il faut :

  1. utiliser des ingrédients frais et locaux;
  2. préparer une recette française;
  3. dresser la table dans les règles de l’art;
  4. respecter les services (un apéritif, une entrée, une viande ou un poisson, des fromages et un dessert);
  5. discuter de la nourriture, de la cuisine, pendant le repas;
  6. être heureux.

Sur ce dernier point, Francine Lelièvre précise que si l'on se chicane à la table, on n’est plus dans le repas gastronomique français.

La petite histoire de la gastronomie française

Ce sont les rois et les empereurs qui ont établi les règles du repas gastronomique. La vraie codification s’est faite à partir du 17e  siècle, par Louis XIV, puis par Louis XV, au 18e siècle, indique Francine Lelièvre. À cette époque, la cuisine française commençait à rayonner à l’extérieur de l’Hexagone. Les grands chefs des cours d’Europe étaient des chefs français, précise la directrice générale du Musée Pointe-à-Callière.

Après la Révolution française, la gastronomie a changé de lieu. Les anciens nobles voulaient continuer à bien manger, mais ils ne pouvaient se permettre d’avoir un chef personnel. C’est à ce moment qu’on a vu apparaître les premiers restaurants et les premiers cafés.

En Nouvelle-France aussi

Dès la Nouvelle-France, on savait manger, on savait respecter les aliments, affirme Francine Lelièvre. Le vin et les truffes faisaient notamment partie des éléments de la gastronomie française que l’on trouvait dans le Nouveau Monde.

S’ajoutaient à cela des poissons à profusion, du gibier et des terres riches productrices de légumes.

Si la gastronomie française a beaucoup évolué et s’est mélangée à des saveurs venues d’ailleurs, ses fondements demeurent, selon Francine Lelièvre : Les Français aiment encore les bons produits, ils veulent manger ensemble et ils prennent le temps de manger.

Chargement en cours