Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mardi 4 juin 2019

Musul-Beauce : « Non seulement on s’est parlé, mais on s’est compris »

Publié le

Un groupe d'hommes et de femmes souriants.
Le groupe de musulmans et de non-musulmans qui se sont rencontrés à l'occasion de l'initiative Musul-Beauce   Photo : Facebook/Michel Jacques

La soirée de rencontre entre musulmans et non-musulmans, en Beauce, a été un franc succès à en croire son instigateur, Michel Jacques. Elle a complètement changé sa façon de voir les adeptes de l'islam.

J’avais beaucoup de préjugés par rapport aux musulmans, par rapport à leur intégration, par rapport à ce qu’ils, je croyais, voulaient nous imposer, indique le Beauceron. À un moment donné, j’entendais le mot "musulman" et je sautais dans les rideaux. À la longue, je me suis dit : "Ça n’a pas de bon sens, mon gars, tu ne les connais même pas."

Afin de se faire sa propre idée des musulmans, Michel Jacques leur a lancé une invitation au dialogue sur Facebook. L’opération a été un franc succès : le Beauceron a même dû refuser des intéressés qui venaient d'aussi loin qu'Ottawa.

S’il n’a pas obtenu réponse à toutes ses nombreuses questions, Michel Jacques affirme avoir aujourd’hui beaucoup moins de préjugés envers les musulmans : J’ai découvert que ce ne sont pas tous des terroristes, que ce ne sont pas tous des sans-dessein. Ce sont des gens proches de leurs valeurs, ce sont des gens comme moi. Je ne pensais jamais que je pouvais être sur la même longueur d’onde qu’un musulman!

Non seulement on s’est parlé, mais on s’est compris.

Michel Jacques

Le but de la rencontre n’étant pas d’explorer les fondements de l’islam, Michel Jacques a refusé d'inviter des imams et il s’est efforcé de limiter la discussion aux aspects sociaux de la cohabitation entre musulmans et non-musulmans. Il précise que plusieurs questions controversées ont été posées : C’est quoi, la charia? Voulez-vous nous dominer? Voulez-vous nous convertir?

Même si personne ne se connaissait avant la rencontre, et que l’exercice était périlleux, l’ambiance était très agréable, selon l’organisateur. Il y avait une vibration merveilleuse dans la salle, raconte-t-il. Je suis le premier surpris. Je ne voyais plus des musulmans, je voyais des êtres humains devant moi.

Chargement en cours