Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Richer
Audio fil du lundi 3 juin 2019

Froid et tornade : la météo s’emballe au Québec

Publié le

Une file de voitures et derrière une tornade.
Une photo de la tornade prise sur la route 174 entre Cumberland et Orléans.   Photo : Bryan Shepherd

La tornade survenue dans la région d'Ottawa-Gatineau a surpris plus d'un météorologue en fin de semaine. Le froid irrite quant à lui la population québécoise, qui a hâte que l'été s'installe pour de bon. Ses souhaits pourraient bientôt être exaucés, selon le météorologue André Cantin, d'Environnement Canada.

Pas besoin de grosses chaleurs pour la formation de tornades : un bon contraste entre une masse d’air chaud et une masse d’air froid peut être suffisant. Néanmoins, peu de météorologues s’attendaient à voir une tornade se former dans l'ouest du Québec en fin de semaine, selon André Cantin : Hier, on avait des conditions qu’on peut qualifier de très marginales pour la formation de tornades. C’est pourquoi le délai entre l’avertissement et l’arrivée de la tornade a été très [court].

La tornade s’est concentrée du côté ontarien, où elle a fait de nombreux dommages, dont des arbres cassés, des parties de toit soufflées et des cabanons partiellement détruits. La vitesse des vents a été évaluée entre 135 et 145 km/h.

André Cantin précise qu'on observe en moyenne de six à sept tornades chaque année au Québec, mais plusieurs d’entre elles n’attirent pas l’attention, puisqu’elles se produisent dans des zones inhabitées. Elles se concentrent pour la plupart dans le corridor de tornades qui passe par les États-Unis et se prolonge jusqu’au Canada en passant par l’ouest du Québec.

La lumière au bout du tunnel

André Cantin se fait rassurant : le froid anormal ne durera pas. Il est causé par une dépression en altitude sur l’extrême nord du Québec qui a maintenu les masses d’air froid durant tout le printemps.

On prévoit une hausse des températures au cours des prochains jours, qui devraient atteindre entre 26 °C et 28 °C en fin de semaine.

Le météorologue rappelle aussi qu’un printemps frais ne signifie pas que l’été sera identique. L’an passé, nous avons d’ailleurs connu un printemps tardif, alors que les canicules se sont multipliées au cours de l’été.

L’été 2019 devrait toutefois être beaucoup moins chaud que celui de l’année dernière, selon André Cantin.

Chargement en cours