•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À quoi ressemblait le Québec avant la décriminalisation de l’avortement?

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

À quoi ressemblait le Québec avant la décriminalisation de l’avortement?

Audio fil du jeudi 16 mai 2019
Des outils gynécologiques.

De grandes disparités demeurent dans l'accès à l'avortement au Canada.

Photo : iStock

À une journée près du 50e anniversaire de la loi omnibus de Pierre Elliott Trudeau permettant l'avortement dans certaines situations au Canada, l'État de l'Alabama signait une loi antiavortement. Louise Desmarais, autrice et militante pour le droit à l'avortement, réagit.

Avant que la loi ne passe le 13 mai 1969 au Canada, cela faisait 100 ans que l’avortement était interdit au pays, ce qui était un non-sens pour Louise Desmarais, autrice du livre La bataille de l’avortement : chronique québécoise.

« En criminalisant l’avortement, en le restreignant, ça n’empêche pas les femmes de recourir à l’avortement. Et elles en meurent », affirme-t-elle.

Quelques chiffres sur l’avortement en 1962

De 10 000 à 25 000 avortements clandestins sont réalisés chaque année au Québec.
De 100 000 à 300 000 sont réalisés chaque année au Canada.

Un avortement pratiqué par un médecin coûte 300 $.
Un avortement pratiqué par un non-médecin coûte 155 $.

Bain de moutarde, consommation de gin, coups au ventre, aiguilles à tricoter, cintres... Ce n’est qu’un échantillon des moyens qui étaient pris par les femmes pour mettre fin à leur grossesse à l’époque où la contraception était illégale. En 1924, on comptait quelque 25 maisons sur la rue Saint-Denis où il se pratiquait des avortements illégaux.

Il y avait de l’hypocrisie. On n’en parlait pas. Les femmes se débrouillaient comme elles le pouvaient.

Louise Desmarais

D’ailleurs, en 1962, la principale cause d’hospitalisation des femmes était l’avortement. 57 600 femmes ont été hospitalisées à la suite d’un avortement clandestin. La plupart d'entre elles étaient des personnes à très faibles revenus.

« Qui va être pénalisé? Les femmes pauvres et les Noires. Les hommes blancs qui ont voté cette loi, je suis certaine que leur famille, leur blonde ou leur femme qui auront besoin de se faire avorter, n’auront pas de problème à obtenir un avortement », soulève-t-elle.

De nos jours, une femme sur quatre a recours à l’avortement aux États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi