Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mardi 14 mai 2019

Montréal, ville de pirates informatiques

Publié le

Des icônes de cadenas sur l'écran d'un ordinateur
La protection des données en ligne   Photo : iStock / iStockPhoto.com

À l'ère où la protection de la vie privée sur Internet est au cœur des préoccupations, qui s'assure qu'elle soit réellement respectée? À défaut de tirer son origine des législateurs, le salut de notre vie privée viendrait plutôt des pirates informatiques. Et Montréal fait bonne figure dans le domaine, ce que le réalisateur et scénariste Alexandre Sheldon a montré dans son documentaire HAK_MTL.

Les pirates informatiques sont souvent perçus comme des cybercriminels. Or, aux yeux d’Alexandre Sheldon, c’est une tout autre réalité.

« Un hacker, c’est quelqu’un qui essaye en premier d’avoir un rapport à la technologie par lequel il comprend l’outil qu’il utilise. Il essaye d’avoir une compréhension des systèmes informatiques qui l’entourent pour éviter qu’il en devienne lui-même l’outil. »

L'iPhone en est un bon exemple. Selon le réalisateur, son design de plus en plus épuré et mince n’invite pas à se faire ouvrir pour en comprendre les composantes. Mais pour les bidouilleurs, c’est tout le contraire.

« Justement, les hackers, ce sont ceux pour qui c’est inacceptable de s’en tenir à la surface des choses comme ça. Ils veulent ouvrir leur téléphone et leur ordinateur pour mieux comprendre », explique-t-il.

Le rôle de Montréal

Selon Alexandre Sheldon, Montréal constitue un centre névralgique pour les pirates informatiques, étant donné qu'il s'agit d'une métropole universitaire proposant des loyers abordables.

« La culture [ici] est propice au hack », indique-t-il.

Qui plus est, Montréal accueille de nombreux événements en ce sens. NorthSec et Recon, qui attirent les bidouilleurs de haut niveau de partout dans le monde, n’en sont que quelques exemples.

Le scénariste ne manque pas de mentionner les deux piliers montréalais du réseau Tor, un outil essentiel d’anonymisation sur le web.

Le documentaire HAK_MTL sera projeté vendredi au Cinéma du Parc.

Chargement en cours