Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mercredi 8 mai 2019

Le transport collectif à Montréal, un réseau « bricolé » sans vue d’ensemble, selon un expert

Publié le

Le tracé du REM
Le tracé du REM   Photo : CDPQ Infra

L'Agence régionale de transport métropolitain (ARTM) a été créée afin que la planification du transport en commun se fasse de façon indépendante et globale dans le Grand Montréal. Pourtant, c'est à la Caisse de dépôt et placement du Québec que le gouvernement a accordé le mandat de développer le Réseau express métropolitain (REM) et d'étudier son prolongement. L'urbaniste Gérard Beaudet, codirecteur de l'Observatoire de la mobilité durable de l'Université de Montréal, déplore que l'ARTM soit de plus en plus tenue à l'écart des grands projets de transport collectif dans la région.

Gérard Beaudet rappelle que l’ARTM a été créée pour répondre aux critiques qui visaient l’Agence métropolitaine de transport (AMT). On reprochait à l’organisme d’être en conflit d’intérêts, puisqu’il avait le mandat de développer le transport en commun dans le Grand Montréal alors qu’il administrait les trains de banlieue. On s’est dit que ça prenait quelqu’un qui n’était pas relié directement à l’opération sur le terrain pour penser l’ensemble du système, indique l’urbaniste.

Or, malgré son caractère indépendant, l’ARTM semble avoir été mise sur la voie d’évitement. Quand le gouvernement libéral a confié à la Caisse de dépôt le mandat de réaliser un réseau de transport collectif [le RTM], on a soustrait la Caisse de dépôt à l’autorité de l’ARTM, souligne Gérard Beaudet.

Il fait remarquer que, lors des dernières élections municipales, les candidats à la mairie dans les différentes municipalités de la région ne se gênaient pas pour promettre toutes sortes de projets de transport. Déjà là, on avait passablement malmené l’ARTM, soutient-il.

Pour Gérard Beaudet, le nouveau mandat confié à la Caisse de dépôt d'étudier le prolongement du REM n’est qu’un pas de plus pour tenir à distance l’ARTM : C’est une décision qui vient reconfirmer cette banalisation du rôle de l’ARTM, et c’est préoccupant, parce que la Caisse de dépôt est vraiment dans une situation où elle n’a de comptes à rendre à personne en vertu des pouvoirs qu’on lui a conférés. La situation est donc pire qu’à l’époque de l’AMT, parce que l’AMT avait au moins des comptes à rendre.

Les intérêts politiques

Si l’ARTM a été créée afin d’avoir une planification globale et indépendante du transport en commun, pourquoi alors la met-on de côté? Selon Gérard Beaudet, c’est parce que les politiciens veulent avoir une influence sur le choix des projets qui seront réalisés.

Cela fait en sorte que le transport collectif est développé sans vision globale dans la région de Montréal, à son avis.

Le portrait d’ensemble, on ne l’a pas, parce qu’on ne permet pas à l’ARTM de nous le proposer.

Gérard Beaudet, codirecteur de l'Observatoire de la mobilité durable de l'Université de Montréal

L’urbaniste donne l’exemple du REM, qui a été implanté dans un secteur pourtant déjà bien desservi par le transport ferroviaire. Ce n’est pas pour améliorer la chose dans les secteurs les plus défavorisés qu’on a fait le projet, tout au contraire, dit-il.

Chargement en cours