Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du lundi 22 avril 2019

Hydro-Québec, un tremplin pour les femmes dans les années 70

Publié le

Photo en noir et blanc montrant une jeune femme en train d'écrire dans un grand livre.
La démographe Lucienne Jetté au travail à Hydro-Québec en 1972   Photo : Archives d'Hydro-Québec

Hydro-Québec a été dans les années 60 et 70 le symbole de l'émancipation du peuple québécois. Ce que l'on sait moins, c'est qu'il a aussi été un lieu d'émancipation pour les femmes. Lucienne Jetté était l'une des rares femmes employées par Hydro-Québec dans les années 70. C'est beaucoup grâce à elle que ses collègues féminines ont vu leurs conditions de travail s'améliorer au sein de la société d'État.

Lucienne Jetté a été embauchée comme démographe en 1972. J’avais le mandat de présenter à l’entreprise le portrait de ses effectifs, explique-t-elle. On avait la chance d’avoir de bonnes données sur la main-d’oeuvre d’Hydro-Québec.

À cette époque, la proportion de femmes au sein de la société d’État tournait autour de 13 %. J’étais la première femme diplômée, mariée, à être embauchée dans cette unité-là, indique Lucienne Jetté. Elle précise que jusqu’en 1961, les femmes devaient quitter leur emploi lorsqu’elles se mariaient.

Lucienne Jetté est arrivée à Hydro-Québec au moment où l’Organisation des Nations unies (ONU) décrétait que 1975 serait l’Année internationale de la femme. On sentait alors au Canada, au Québec et un peu partout dans le monde une ébullition du féminisme.

La démographe a voulu profiter du mouvement mondial pour faire bouger les choses chez son employeur. Je me voyais déjà comme une féministe, dit-elle. J’avais fait mes classes, j’avais lu plusieurs auteures féministes.

Elle a donc proposé à son supérieur d’organiser quelque chose pour l’Année internationale de la femme. Même s’il s’est montré fermé à l’idée, Lucienne Jetté a préparé un plan d’action en cachette. Lorsque la haute direction d’Hydro-Québec a finalement décidé de participer au mouvement mondial, la féministe était prête.

Lucienne Jetté a obtenu tout ce qu’elle a demandé à ses patrons pour mener à bien son projet : un local et cinq employés à temps plein pendant un an. Le petit groupe a enquêté de façon minutieuse pour dresser un portrait fidèle des conditions de travail des femmes à Hydro-Québec, appuyé par des faits. Je trouvais ça un peu casse-cou d’une manière parce que c’était sûr, qu’au fond, on allait critiquer nos patrons, raconte Lucienne Jetté. On était payés pour critiquer nos patrons.

Le rapport a été bien accueilli par la direction d’Hydro-Québec. Il faisait pourtant état de discrimination et d’iniquités à l’égard des employées féminines, notamment sur le plan de l’embauche, des salaires, des avantages sociaux et du régime de retraite.

Aujourd’hui, Lucienne Jetté est retraitée. Elle se réjouit des nombreuses avancées qu’ont connues les femmes, mais elle trouve que la proportion d'employées féminines à Hydro-Québec n’augmente pas assez rapidement.

Chargement en cours