Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mardi 16 avril 2019

Le ministre Carmant promet d’agir pour contrer le suicide chez les enfants

Publié le

Un jeune garçon assis par terre et recourbé sur lui-même, la tête baissée.
Selon un étude, le nombre d'enfants hospitalisés pour avoir pensé à se suicider ou avoir tenté de le faire a doublé de 2007 à 2015 aux États-Unis.   Photo : iStock

Devant le nombre croissant de suicides et de tentatives de suicide chez les enfants observé par des professionnels de la santé, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, assure que le gouvernement fera tout pour endiguer ce qui commence à ressembler à une épidémie.

C’est troublant d’entendre ces chiffres-là, affirme Lionel Carmant. Il précise être déjà au courant que les troubles anxieux et dépressifs chez les enfants sont de plus en plus répandus.

Il est difficile toutefois de mettre le doigt sur les causes d’une telle détresse psychologique. Manifestement, c’est quelque chose qu’il faut qu’on étudie, soutient Lionel Carmant.

Le ministre délégué a l’intention de sonder les professionnels de la santé afin de mesurer l’ampleur du problème. Un forum sur la santé mentale aura d’ailleurs lieu le 13 mai, avec pour thème principal la santé mentale des jeunes.

Le gouvernement compte également augmenter, dès cette année, le nombre de personnes-ressources pour les jeunes, selon Lionel Carmant. Il aimerait qu'au moment même où un problème est découvert chez un enfant, celui-ci soit pris en charge. Comme les jeunes en détresse sont généralement référés à des pédopsychiatres, les délais d’intervention sont souvent très longs, ce que déplore le ministre délégué : Trop souvent, le guichet d’accès en santé mentale sert de triage plutôt que d’occasion d’intervention.

Lionel Carmant fonde aussi beaucoup d’espoir sur le concept de cliniques à aire ouverte, où les jeunes peuvent se présenter de leur propre initiative et rencontrer des pairs aidants.

Il ajoute que le gouvernement Legault souhaite, à compter de septembre prochain, intégrer la reconnaissance des émotions à l’éducation des enfants au primaire.

Si vous, ou un de vos proches, êtes en détresse ou avez besoin d'aide, téléphonez au 1 866 APPELLE (277-3553).

Chargement en cours