Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du vendredi 12 avril 2019

Il y a de la lumière dans le cancer, et Anick Lemay tient à le rappeler

Publié le

Une femme sourit devant un micro.
Anick Lemay   Photo : Radio-Canada / Ronald Georges

Il y a un an, la comédienne Anick Lemay se faisait opérer pour le cancer du sein. Elle a ému tout le Québec en racontant son parcours pour vaincre la maladie dans des chroniques publiées dans Urbania. Ses textes sont aujourd'hui réunis dans le livre Le gouffre lumineux.

Présentement, il y a un an, j’étais sur la table d’opération. Que je sois là aujourd’hui, avec un livre dans mes mains, c’est plus que surprenant. Ça relève un peu de la magie et du miracle.

Lorsqu’elle a appris qu’elle avait le cancer, Anick Lemay n’aurait jamais pensé qu’elle raconterait un jour cette épreuve dans un livre. En fait, sur le coup, elle ne réalisait pas ce qui lui arrivait. Ce n’est qu’au moment des tests préparatoires qu’elle a compris qu'elle était malade : Dans un corridor d’hôpital, ça m'a vraiment frappée : “J’ai le cancer!” C’était comme une révélation.

C’est alors qu’elle a contacté Urbania, car elle voulait annoncer pourquoi elle devait se retirer du milieu culturel. On lui a offert de tenir une chronique régulière, mais elle hésitait à se lancer dans cette entreprise.

Toutefois, après s’être fait opérer, la comédienne a senti le besoin de publier un deuxième texte. Le 10 avril, j’ai cru mourir pour vrai, explique-t-elle.

Anick Lemay a continué par la suite de publier de ses nouvelles dans Urbania, avec en tête l’idée qu'elle s’adressait à ses amis.

Elle était loin de se douter que ses textes touchaient le cœur d’une multitude de Québécois. En septembre dernier, lorsque ses traitements de chimiothérapie ont pris fin, elle a constaté la portée qu’avaient eue ses textes. J’ai vu le tsunami de mots et de compassion, aussi, et surtout, les gens qui me disaient que je mettais des mots dans leur bouche pour qu’ils puissent expliquer à leurs proches ce qu’ils vivaient, raconte la comédienne.

Elle espère que le livre, dont chacune des ventes rapportera 1 $ à la Fondation québécoise du cancer, aidera les gens à mieux comprendre ce qu’est le cancer, car il n’y a pas que la souffrance et la perte de cheveux dans la vie d’un malade. C’est un univers vrai, très lumineux, parce que les gens sont là pour la vie, explique Anick Lemay. Je pense que, à part un accouchement, il n’y a pas grand place où c’est plus vivant qu’en oncologie.

On est tellement une gang à avoir le cancer, est-ce qu’on peut juste se dire ce que c’est pour vrai et arrêter d’avoir peur?

Anick Lemay, comédienne

Chargement en cours