Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mardi 26 mars 2019

Le changement d’heure est en voie de disparition

Publié le

Le changement d'heure : Entrevue avec la sociologue Valérie Harvey

Les députés du Parlement européen ont voté pour l'abolition du changement d'heure. Chaque pays membre devra maintenant décider s'il souhaite vivre à l'heure d'été, c'est-à-dire à l'heure avancée, toute l'année. La sociologue Valérie Harvey indique que de plus en plus de pays abandonnent le changement d'heure.

Lors d’importantes consultations publiques qui se sont tenues en Europe, 84 % des 4,6 millions de répondants se sont prononcés en faveur de l’abolition du changement d’heure. Valérie Harvey précise que plusieurs pays ne changent déjà pas l’heure, comme la Russie et les pays nordiques, et que de plus en plus d’autres abandonnent cette pratique. On commence à être en minorité, affirme la sociologue.

Pourquoi ces pays cessent-ils d'avancer et de reculer l'heure chaque année? Parce que plusieurs études font état des effets négatifs du changement d’heure sur la santé, explique Valérie Harvey.

Les études montrent que le risque d’infarctus augmente durant la semaine qui suit un changement d’heure parce que les gens dorment moins, même lorsqu’on recule l’heure. Ça ne veut pas dire qu’on dort une heure de plus, étant donné que notre horloge biologique ne change pas aussi vite, souligne la sociologue.

D’autres études indiquent que le changement d’heure augmente le risque d’accident de la route de 8 % le printemps et de 16 % l’automne. Certaines affirment même que les enfants font plus d’activité physique lorsqu’il fait clair plus tard le soir.

En même temps, les avantages du changement d'heure se font de moins en moins sentir. Selon Valérie Harvey, déjà en 1995, une étude concluait que l’heure avancée permettait d’économiser de l’énergie, mais de façon minime. Notre façon d’utiliser l’électricité et le chauffage a beaucoup changé, observe-t-elle. Si à une certaine époque, le fait que le soleil se couchait plus tôt permettait de veiller le soir sans allumer les lumières, les nouvelles technologies changent aujourd’hui la donne puisque nous utilisons les téléviseurs, les appareils électroniques et les ordinateurs sans tenir compte du soleil et de la noirceur. La consommation d’énergie n’est plus aussi liée à la lumière extérieure, affirme la sociologue.

Chargement en cours