•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Désistement d’Abdelaziz Bouteflika : les Algériens ne crient pas victoire

Le 15-18

Avec Isabelle Richer

En semaine de 15 h à 18 h

Désistement d’Abdelaziz Bouteflika : les Algériens ne crient pas victoire

Audio fil du lundi 11 mars 2019
Des manifestants devant un bâtiment officiel gardé par la police, en Algérie

Dans plusieurs villes algériennes, de nombreux manifestants – bien souvent des jeunes et des étudiants – ont vertement dénoncé le « régime » Bouteflika.

Photo : AFP / Getty Images

Le journaliste indépendant Khaled Drareni ne considère pas la décision du président algérien Abdelaziz Bouteflika de renoncer à un cinquième mandat comme une victoire pour le peuple algérien. « Les Algériens voulaient une ère nouvelle avec un gouvernement de transition, rappelle-t-il. Ce n'est pas ce qu'ils ont obtenu. »

Lorsque le soulèvement populaire a commencé, le 22 février dernier, les Algériens demandaient surtout à Abdelaziz Bouteflika de ne pas se présenter aux élections présidentielles. Leurs revendications ont toutefois évolué au fil du temps pour se transformer en rejet complet du système, explique Khaled Drareni.

Or, en même temps que le désistement d’Abdelaziz Bouteflika, le gouvernement algérien a annoncé le report des élections, donc un prolongement du mandat actuel du président. Pour le journaliste, cette façon de faire est anticonstitutionnelle, en plus de favoriser le maintien du système. Il n’y a pas de changement notable, soutient-il.

Khaled Drareni estime que rien ne justifie un report des élections présidentielles. Selon lui, ce prolongement du mandat du président sert surtout au gouvernement à trouver un candidat officiel pour s’assurer que le système demeure représenté.

C’est pourquoi le mouvement populaire se poursuit en Algérie. Le journaliste précise qu’une grande manifestation est prévue vendredi.

Malgré tout, il mentionne que le désistement d’Abdelaziz Bouteflika est en soi une grande source de joie pour plusieurs Algériens, comme en témoignant les coups de klaxon qui retentissent partout dans la capitale, Alger.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi