Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du lundi 4 mars 2019

Comment devenir riche : des millionnaires livrent leurs secrets

Publié le

Illustration d'une femme avec de l'argent.
Une femme riche   Photo : iStock

Quand on pense aux millionnaires, on imagine les voitures de luxe, l'avion privé, la maison immense... Pourtant, les vrais millionnaires, ces gens qui valent au moins 1 million de dollars, ne correspondent généralement pas à cette image, comme a pu le constater le journaliste Nicolas Bérubé. Il est allé à la rencontre de millionnaires québécois afin de leur soutirer leurs secrets, qu'il dévoile dans son livre Les millionnaires ne sont pas ceux que vous croyez.

Sa conclusion : La règle de base, c’est de dépenser moins que ce que l’on gagne.

Car les millionnaires que Nicolas Bérubé a rencontrés n’ont pas de voiture de luxe, ni d'avion privé, ni de propriété de la taille d’un Club Med, du moins, pas tout à la fois.

Il donne l’exemple d’un homme qui devait changer sa voiture et qui envisageait l’option d’une voiture de luxe. Après réflexion, il s’est dit qu’une petite Honda faisait bien l’affaire, et c’est ce qu’il a acheté. Peut-on le considérer comme quelqu’un qui se prive? Non, selon Nicolas Bérubé, puisqu’il ne s’empêche pas de voyager ni d’aller manger dans de bons restaurants. C’est une question de priorité, explique le journaliste.

Les gens que Nicolas Bérubé a interviewés ont généralement le même train de vie que n’importe quel Québécois de la classe moyenne élevée : une petite maison en banlieue, deux enfants, des sorties en ski et des voyages une fois de temps en temps. Ce ne sont pas des gens qui se privent, précise-t-il. Ce sont des gens qui ont commencé jeunes à épargner et ce n’était pas dans le but de devenir riches, c’était naturel chez eux.

Pour ces millionnaires, l’argent ne représente pas une fin en soi, mais une source de liberté et de tranquillité.

Au lieu de se lancer dans les grandes dépenses à la fin de leurs études, ils ont conservé pendant un certain temps leur mode de vie d'étudiants, leur permettant de mettre de l’argent de côté. Si vous faites ça pendant 10 ou 15 ans, vous épargnez sans vraiment vous priver, soutient Nicolas Bérubé.

Et ce n’est pas qu’une question de salaire, car parmi les personnes rencontrées par le journaliste, certaines gagnent 30 000 $ par année.

Faire travailler son argent

Avoir de l’argent de côté est un gros plus, mais c’est encore plus efficace si on le fait fructifier. La plupart des millionnaires dont parle le livre de Nicolas Bérubé ont acheté des fonds négociés en bourse, des produits financiers qui suivent les fluctuations des grands marchés canadiens et américains, et qui ont eu des rendements plutôt excellents.

Selon le journaliste, ce type de produit financier offre un rendement moyen de 9 % par année depuis 80 ans.

D’autres ont plutôt choisi d’investir dans des immeubles locatifs.

Reste que, pendant qu’ils menaient leur petite vie, leurs économies ont gonflé d’elles-mêmes, leur permettant de s’élever au rang de millionnaires à 40, et même à 30 ans.

Chargement en cours