Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du vendredi 1 mars 2019

Mesures d’atténuation du REM : le maire de Deux-Montagnes aussi furieux que ses citoyens

Publié le

Le train Montréal-Deux Montagnes accuse beaucoup de retards depuis des travaux de construction pour le Réseau express métropolitain, le REM.
Le train Montréal-Deux Montagnes   Photo : Radio-Canada

Le maire de Deux-Montagnes Denis Martin est insatisfait des mesures d'atténuation des travaux du Réseau express métropolitain (REM) annoncées jeudi. Il promet de continuer à se battre pour offrir une option acceptable pour les usagers du train de banlieue Montréal–Deux-Montagnes, qui devront emprunter un autre trajet pour laisser place au REM.

L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) a annoncé qu’une navette transportera les usagers du train de la gare Bois-Franc jusqu’à la station de métro Côte-Vertu, une solution qui rallongera leur temps de déplacement d’au moins 35 minutes. Ce trajet-là est inacceptable pour nous, s’indigne Denis Martin.

Je suis furieux, comme mes citoyens.

Denis Martin, maire de Deux-Montagnes

Il demande à ses citoyens de ne pas perdre espoir puisque les élus de la Rive-Nord continuent à militer pour que d’autres mesures soient mises en place. On cherche toujours à avoir des navettes directement à Côte-Vertu ou directement au centre-ville, dit-il.

Denis Martin n’est pas du tout contre le projet du REM, il est même l’un de ses partisans. Ce qu’il déplore, c’est que les élus n’aient pas été écoutés par l’ARTM. Il affirme avoir participé à toutes les réunions sur les mesures d’atténuation, mais souligne que les suggestions et les remarques venant des maires de la partie nord de la couronne de Montréal n’ont pas été retenues.

C’est notamment pour cette raison que les municipalités de la MRC de Deux-Montagnes ont décidé de retenir leurs paiements à l’ARTM. On veut montrer qu’il se passe quelque chose et, un moment donné, on veut être écoutés, explique Denis Martin.

Malgré tout, le maire se réjouit de la volonté du gouvernement d’améliorer l’offre de transport en commun de la Rive-Nord.

Chargement en cours