Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du vendredi 22 février 2019

Plaidoyer pour une plus grande sécurité autour des écoles

Publié le

Un brigadier faisant traverser des enfants.
Un brigadier   Photo : Radio-Canada

La présidente de l'Association montréalaise des directions d'établissement scolaire (AMDES) Hélène Bourdages voudrait que le nombre de brigadiers scolaires soit augmenté et établi en fonction du nombre d'élèves. Elle pense aussi que les rues autour de certaines écoles devraient être fermées au moment de l'arrivée et de la sortie des élèves.

On est quand même dans une ville où, chaque année, des piétons et des cyclistes se font écraser, donc on ne peut pas dire que la sécurité est à son paroxysme, affirme Hélène Bourdages.

Elle demande d’abord à ce que les brigadiers soient plus nombreux afin de répondre à l’augmentation du nombre d’élèves sur le territoire montréalais. Quand il y a des brigadiers scolaires, les comportements routiers sont meilleurs, observe-t-elle.

Le brigadier demeure une personne signifiante pour les enfants, ajoute la présidente de l’AMDES. Ils le connaissent par son prénom, donc il est aussi capable de gérer le petit trafic au coin de la rue.

Même si le brigadier impose le respect aux automobilistes, il arrive que certains conducteurs aient des comportements dangereux. Hélène Bourdages connaît une brigadière qui a eu la jambe cassée après s’être fait heurter par une voiture alors qu’elle faisait traverser un enfant. Elle souligne que, si c’était l’élève qui s’était fait happer, il ne serait pas en vie aujourd’hui.

C’est pourquoi Hélène Bourdages estime que la sécurité relève de tous, et non pas seulement des brigadiers : Ça concerne les parents également. Les parents, une fois qu’ils ont déposé leur enfant, ils reprennent la route, ils font des virages en U devant l’école. Il y a beaucoup de choses inacceptables qui se passent. On passe tout droit à un arrêt même s’il y a des feux clignotants.

La présidente de l’AMDES suggère même de fermer des rues dans certains secteurs pour permettre aux élèves de se rendre à l’école ou à leur maison en toute sécurité. On peut prévoir 15 minutes de plus le matin pour venir reconduire son enfant à pied, dit-elle.

Chargement en cours